Lemon curd, à manger à la petite cuillère!

Ma maman essaye de faire pousser un petit potager dans son jardin, et même si la récolte est maigre, c’est super chouette de savoir ce qu’on mange ! Alors quand elle m’a amené 4 petits citrons avec précaution, j’ai voulu leur faire honneur en cuisinant un dessert. Ils devaient être pratiques à transporter, je n’ai donc pas pu faire de tarte (qui sublime quand même drôlement bien le citron). Je me suis rabattue sur un autre dessert (recette à venir), qui nécessitait du lemon curd.

Ce lemon curd serait maison ou ne serait pas ! :D

Je voulais une texture assez « épaisse », comme dans ma tarte au citron meringuée. Et donc … J’ai utilisé la même recette ;)

Je trouve ce lemon curd parfait, très parfumé, pas trop sucré (rajouter du sucre si vous êtes sensibles) . Il sera parfait dans des gâteaux mais aussi dans les tartes, à tartiner, à manger à la petite cuillère, dans des verrines… (Mmmh d’ailleurs ça me fait saliver !)

Lemon curd

  • 150 ml de jus de citron (je dirais 4 gros citrons)
  • Le zeste d’un citron (si possible bio)
  • 100g de sucre
  • 3 œufs
  • 1 CS de maizena
  • 75g de beurre mou
  • Prélevez le zeste d’un citron bien lavé, pressez vos citrons et faites bouillir les 150 ml de jus obtenu avec le zeste
  • Battez vos oeufs avec la maizena et les 100g de sucre, puis ajoutez tout doucement le jus de citron chaud en continuant de fouetter
  • Remettez le mélange sur feu doux sans jamais cesser de remuer, pour que ça épaississe jusqu’à avoir une consistance de crème assez épaisse
  • Retirez alors du feu, laissez tiédir puis incorporez le beurre mou en morceaux
  • Filmez au contact (appliquez un film alimentaire sur la surface de la crème) puis réservez le lemon curd au frais



Mousse au chocolat riche et intense

Hello les loulous ! Je cherchais pour un anniversaire une recette de dessert rapide et sans gluten, à faire pour 10 personnes . Finalement j’ai eu envie d’une mousse au chocolat, un classique que je n’avais pas fait depuis des années et qui manquait sur mon blog. (En fait non, au temps pour moi, je viens de m’apercevoir que j’en ai déjà publié une xD. Je m’en rappelle pas du tout, il faudrait que je les refasse en même temps pour comparer ;)

Il y a des tonnes de recettes de mousse au chocolat sur internet, avec plus ou moins d’oeufs, de beurre… J’ai trouvé mon inspiration sur des blogs qu’on ne présente plus, celui de Dorian et de la Popotte de Manue. Leurs recettes étaient similaires, je m’en suis servie de base mais j’ai modifié quelques détails pour le faire à ma convenance.

Et le résultat alors ? Une mousse au chocolat délicieuse, à la texture assez dense, riche et fondante. Elle est tellement gourmande que vous en voudrez encore ! :)

Mousse au chocolat felder

Pour un saladier de mousse au chocolat (nous avons régalé 10 personnes d’une portion « moyenne » )

  • 300g de chocolat

  • 9 œufs (blancs + jaunes séparés)

  • 110g de sucre

  • 90g de beurre

  • Coupez votre chocolat en morceaux, et votre beurre en dés. Disposez dans un saladier allant au bain marie

  • Faites fondre votre chocolat et votre beurre au bain marie tout en remuant (dans un saladier déposé sur une casserole remplie d’eau juste frémissante). Il ne faut pas que le bas du saladier touche l’eau (donc ne pas trop remplir la casserole)

  • Laissez tiédir le mélange

  • Pendant ce temps, cassez vos œufs, disposez les blancs et les jaunes dans deux (grands) saladiers distincts.

  • Fouettez les jaunes d’oeuf avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse et mousse

  • Dans le deuxième saladier (et après avoir rincé les fouets), fouettez les blancs en neige ferme avec une pincée de sel

  • Ajoutez progressivement votre mélange chocolat + beurre refroidi au mélange jaunes + sucre, tout en remuant. Si vous mettez le chocolat trop chaud, le mélange risque de coaguler

  • Lorsque la pâte est homogène, ajoutez les blancs d’œuf délicatement et progressivement, à la maryse.

  • Entreposez la mousse au chocolat au réfrigérateur pour au moins quelques heures, le temps qu’elle se raffermisse.

Enregistrer

Enregistrer




Galette des rois maison

Hello ! Aujourd’hui je vous publie l’histoire de ma première fois… en terme de galette des rois je veux dire ;) . Et c’est une histoire pleine de leçons : comment quelqu’un qu’on estime « doué en cuisine » peut foirer complètement une recette, mais également comment, avec un peu d’obstination, on peut super bien rattraper le coup :)

Pour tenir mes résolutions culinaires 2017, je voulais attaquer une recette à la fois technique et qui fait peur (la pâte feuilletée) et une recette de saison (la galette des rois).

Alors j’ai lu des conseils ici, et j’ai décidé de suivre une recette de frangipane . Je suis bien tous les conseils, je dispose ma frangipane, elle est un peu trop liquide et j’en ai beaucoup trop. Je sais qu’il faut laisser au moins 2 cm de marge entre la garniture et le bord de la pâte, mais la frangipane ne tient pas bien en place :/

J’essaye malgré tout de souder les bords, un peu de garniture s’échappe, zut. Tant pis, je finis la recette, et j’enfourne avec un mélange de peur et d’excitation. Je dis à chéri que j’espère que ça va réussir, mais au fond de moi je suis super optimiste.

Au bout de 10 minutes je jette un coup d’oeil, trop pressée de voir mon feuilletage se développer. Et là catastrophe, toute la garniture s’est échappée, le cercle de pâte du dessus s’est foutu la malle.

Je suis dégoûtée, sidérée, ma galette des rois maison que j’ai promise à tout le monde… :'(

C’est dommage, le cercle de pâte du dessous n’est pas trop moche, il avait même commencé à feuilleter. Alors je prends la décision de ne pas tout refaire. Je récupère ma frangipane, que j’épaissis avec de la poudre d’amande et que je remets au frais. Je nettoie bien le cercle du dessous (gros pari que de réutiliser une pâte déjà un peu cuite), et je décongèle seulement un pâton pour refaire le cercle du dessus.

Cette fois ci ma frangipane est plus épaisse, je laisse 3 cm de marge (carrément) entre elle et le bord. Je soude les bords des pâtes avec les doigts puis en appuyant avec les dents d’une fourchette, c’est moche mais tant pis.

Finalement je renfourne, je m’assois devant le four, et j’attends. Et vous savez quoi ?? Ca marche !!!

Avec la pâte du dessous précuite et raclée, la frangipane précuite et épaissie au pifomètre, les bords super moches « soudés » à la fourchette : ça MARCHE !!!

Ca marche et mieux que ça, c’est magnifique. En effet, les bords moches ne se voient plus, ils ont feuilleté à souhait. On ne croirait jamais que j’ai failli foirer cette galette, à part une légère différence de coloration entre la pâte du dessous et du dessus.

Je suis donc bien placée pour vous faire un article sur ce qu’il faut faire et ne surtout pas faire pour réussir votre galette ;) Et pour vous dire qu’en cuisine , presque tout est rattrapable, alors il ne faut jamais baisser les bras :)

Voilà enfin la recette revue et corrigée de la galette des rois :) (inspirée de Il était une fois la pâtisserie)

Premièrement, les astuces

  • Travaillez votre pâte feuilletée bien froide, et remettez votre galette façonnée 30 min au frais avant de l’enfourner

  • Laissez une marge d’au moins 2 cm entre la garniture et le bord externe de votre pâte

  • Faites une frangipane bien épaisse (la recette que je vous mets devrait bien marcher), et n’essayez pas de trop charger votre galette

  • Percez le cercle du dessus de 5 trous (dans les « dessins » de la galette pour que ça ne se voie pas trop) pour que la vapeur produite à la cuisson puisse s’échapper sans avoir à décoller vos bords

  • Ne cuisez pas votre galette à plus de 170°C

  • Soudez vos bords avec les dents d’une fourchette ou le coté non tranchant d’un couteau. C’est moche avant cuisson, mais ça disparaît après :)

Galette des rois maison - Rappelle toi des mets

Et maintenant, place à la recette en elle même !

  • 2 rouleaux de pâte feuilletée (maison si possible, pour moi un à 27 cm et un à 26)

  • Pour la crème pâtissière

    • 15 cl de lait entier
    • 1 gousse de vanille
    • 2 jaunes d’œuf
    • 25 g de sucre en poudre
    • 15 g de fécule de maïs
    • 5 g de farine
  • Pour la crème d’amande
    • 2 œufs
    • 125 g de poudre d’amande
    • 100 g de sucre en poudre
    • 100 g de beurre pommade
    • 1 cuillère à soupe de rhum
  • Pour la finition, 2 jaunes d’oeufs

Préparez la crème pâtissière

  • Faites bouillir votre lait avec les grains d’une gousse de vanille
  • Pendant ce temps, dans un saladier, fouettez les jaunes d’oeufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse
  • Ajoutez la farine et la maizena, mélangez à nouveau.
  • Une fois le lait à ébullition , versez le dans le saladier tout en remuant (si vous avez assez de mains ;) )
  • Remettez le mélange sur feu doux et ne cessez pas de remuez jusqu’à ce que le mélange épaississe. Il faut que la crème pâtissière soit vraiment bien prise
  • Retirez du feu, filmez au contact, et laissez refroidir

Préparez la crème d’amandes

  • Mélangez le beurre pommade et le sucre pour avoir une sorte de crème
  • Ajoutez les œufs un à un, mélangez à chaque fois
  • Versez la poudre d’amandes et mélangez une dernière fois pour avoir une crème homogène
  • Une fois la crème pâtissière bien refroidie, ajoutez la à la crème d’amandes avec une cuillère de rhum

Montage

  • Sortez votre premier rouleau de pâte (le plus petit si vous les avez faits maison), étalez le sur votre plan de travail
  • A l’aide d’une poche à douille munie d’une douille ronde (ou sinon une simple cuillère à soupe), disposez votre frangipane du centre vers l’extérieur en laissant 2 voire 3 cm de bord libre (sans garniture)
  • Disposez votre fève
  • A l’aide d’un pinceau, badigeonnez les bords libres de jaune d’oeuf (en essayant de ne pas toucher la tranche, c’est à dire laissez 0,5 cm de pâte sans jaune si possible. Le jaune d’oeuf sur la tranche gênerait apparemment le feuilletage de se développer)
  • Recouvrez le tout avec votre deuxième rouleau de pâte, soudez les bords en appuyant au plus près de la garniture
  • Avec les dents d’une fourchette, appuyez sur les bords pour les souder encore plus.
  • Badigeonnez le dessus de votre galette de jaune d’oeuf une première fois (en évitant encore une fois la tranche) puis entreposez votre galette au réfrigérateur 30 minutes
  • Préchauffez votre four à 210°C
  • Au bout de 30 minutes, sortez la galette du frigo. Badigeonnez à nouveau de jaune d’oeuf, dessinez avec le bord non tranchant d’un bon couteau vos motifs, et percez quelques trous avec la pointe du couteau
  • Enfournez et baissez de suite la température du four à 170°C
  • Laissez cuire 45-50 minutes. Attention, la pâte est souvent dorée bien avant d’être assez cuite. Si elle dore trop vite, recouvrez la simplement d’une feuille d’alu et poursuivez la cuisson.
  • Sortez du four, laissez refroidir et …Dégustez !! :D

Enregistrer




Pâte feuilletée inversée, trop fastoche!

Bonjour les amis ! J’avais envie de tester la pâte feuilletée maison depuis fort longtemps, mais je n’osais pas vraiment me lancer. Alors voilà, à l’aube de 2017, j’ai réalisé ma résolution avec quelques jours d’avance ;) . Faire une pâte feuilletée inversée maison , en vue de faire une galette des rois. Tout s’est super bien passé, et assise devant mon four, j’ai pu admirer avec amour ma pâte feuilletée …feuilleter ;)

Une galette des rois, mais aussi des croissants apéro, tout ce que j’ai pu réaliser avec m’a séduite. Un bon goût de beurre, du croustillant à gogo, c’était trop bon  amour-

J’ai choisi de réaliser une pâte feuilletée inversée, trouvée sur les sites de C’est ma fournée et de Il était une fois la pâtisserie . Pourquoi une pâte feuilletée inversée ? Au lieu d’enfermer le beurre dans la pâte, on enferme la pâte dans du beurre manié, c’est à dire mélangé à de la farine. Ça évite que le beurre s’échappe, et apparemment ça lève beaucoup beaucoup mieux, elle est donc recommandée pour les galettes, les mille feuilles, vols au vent…

Ce n’était pas du tout difficile, ni même long, il faut juste avoir 20 minutes toutes les 2h pendant une après midi. Après, la pâte se conserve 4 jours au réfrigérateur ou se congèle très bien plusieurs mois.

Cette recette donne environ 1,2 kg de pâte feuilletée, ce qui donnera 4 pâtons. Alors n’hésitez plus, faites une grosse quantité puis vous serez tranquilles avec vos pâtons au congélateur :)

Pâte feuilletée inversée - Rappelle toi des mets

Place à la recette en images, excusez mes photos, elles étaient prises rapidement les mains pleines de farine, avec de moins en moins de lumière (la nuit tombant à 17h :p ). On peut également voir que la pâte n’est pas superbe au début, je n’osais tellement pas fariner qu’elle a collé au plan de travail. Mais ça vous montre que même imparfaite, ça marche très bien à la fin !

Et très bientôt, je publierai ma recette de galette des rois, pour que vous soyez prêts pour l’Epiphanie ! :D

Pour 1,2 kg de pâte feuilletée inversée

Pour la détrempe :

  • 150g d’eau froide

  • 1 cuillère à soupe de vinaigre blanc

  • 17g de fleur de sel

  • 350 g de farine T55

  • 115 g de beurre fondu puis refroidi

Pour le beurre manié :

  • 375 g de beurre de qualité, assez sec, de Charentes par exemple . Il le faut froid ou pommade mais pas trop mou

  • 150 g de farine T45 (ou de farine de gruau)

Réalisation de la détrempe
  • Faites fondre votre beurre puis laissez le refroidir
  • Dans la cuve de votre robot, mélangez 1 CS de vinaigre avec les 17g de fleur de sel , jusqu’à ce qu’elle soit totalement dissoute
  • Ajoutez le farine, l’eau et le beurre refroidi
  • Pétrissez la pâte quelques secondes à vitesse minimale à l’aide de la feuille, juste le temps qu’une boule se forme
  • Ensuite abaissez le au rouleau en un rectangle le plus régulier possible, d’environ 1 cm d’épaisseur . Pour que ça ne colle pas, vous pouvez saupoudrer le plan de travail et le dessus de la pâte avec un tout petit peu de farine, que vous époussetterez bien pour qu’il y en ait le moins possible. En mettre trop risquerait de modifier la texture de la pâte
  • Enveloppez dans du film alimentaire et réservez deux heures au frigo
  • Puis passez à la réalisation du beurre manié !
Pour le beurre manié
  • Mélangez le beurre et la farine à la feuille , sans trop travailler la pâte (1 minute à vitesse minimale environ. Il faut juste que le beurre se délite et s’agglomère à la farine
  • Raclez le bord du bol à l’aide d’une maryse ou d’une corne et formez une boule
  • Comme pour la détrempe, formez un rectangle en étalant la pâte avec le moins de farine possible
  • Filmez, entreposez au frais 2h également
Au bout de 2h
  • Sortez votre détrempe et votre beurre manié du frigo
  • Étalez votre beurre manié en un rectangle deux fois plus grand que celui de la détrempe
  • Disposez le rectangle de détrempe au centre du rectangle de beurre manié

  • Repliez la moitié supérieure du beurre sur la détrempe et de même pour la moitié inférieure. La détrempe doit être totalement recouverte et les bords se rejoindre au milieu

  • Tournez le tout d’un quart de tour (la jointure devient verticale) puis abaissez la pâte en un rectangle d’environ 8 mm d’épaisseur

  • Repliez à nouveau la partie supérieure et inférieure de façon à ce que les bords se rejoignent au milieu, puis pliez une dernière fois en deux. Vous venez de faire un tour double

  • Filmez votre pâte et remettez la au réfrigérateur 2h
Au bout de 2h encore…
  • Sortez votre pâte et disposez la de façon verticale face à vous. Recommencez les étapes précédentes :
  • Abaissez la en un rectangle d’environ 8 mm d’épaisseur, puis pliez les parties supérieure et inférieure de façon à ce que les bords se rejoignent au milieu

  • Puis pliez de nouveau en deux, vous avez fait votre second tour double .
  • Filmez et remettez au frais 2h
On fait notre dernier tour et c’est fini !
  • On sort la pâte, on place les plis sur le côté, et on l’abaisse une nouvelle fois sur environ 8 mm d’épaisseur
  • Cette fois ci, on fait un tour simple : on rabat la partie inférieure à la moitié puis on replie la partie supérieure sur elle, pour la recouvrir entièrement

  • Vous pouvez découper 4 pâtons et les congeler bien emballés ou les conserver 4 jours au frais, filmés. Utilisez un très bon couteau pour couper
  • Attention quand vous utiliserez votre pâte : il ne faut pas la rouler en boule, il vaut l’étaler directement, pour ne pas « mélanger » les couches !



Bûche vanille praliné, un pur bonheur

Coucou les gens !! Cette année je passerai mon premier Noël loin de ma famille, alors j’ai voulu les inviter à le fêter (très) en avance. C’était l’occasion aussi de leur présenter mon chez moi, que j’ai décoré à mon goût et que j’adore :) . C’était rigolo et un peu impressionnant de « reprendre le flambeau » pour cette édition 2016, j’y ai mis beaucoup de cœur. La plus belle réussite de ce repas fut pour moi cette bûche vanille praliné, une TUERIE (en toute modestie haha- )

Je vous ai présenté mon praliné maison puis ma glace pralinée maison… Tout ça pour vous amener à cette bûche vanille praliné que tout le monde a beaucoup appréciée :)

Pour le matériel, j’avais fait un repérage des différentes gouttières à bûche, et m’étais orientée vers une gouttière en plastique, peu réutilisable . Une vendeuse m’avait conseillé d’acheter un moule de 50 cm puis de le découper selon la taille souhaitée

Cependant j’ai fait mes achats définitifs dans un Cook shop dont l’une des employées est juste HORRIBLE ! Agressive, pas du tout vendeuse, je ne comprends pas ce qu’elle fait là…

Elle a pris un air effaré voire écoeuré qu’on ose faire couper un moule ça et m’a presque engueulée. « Euh… Et vous faites comment si vous coupez mal ??!? evil-  »

J’ai donc pris un moule de 30 cm et n’ai pas osé prendre le moule à insert seulement disponible à 50 cm. A la place, la vendeuse m’a convaincue de rouler une feuille de rhodoid , de le pincer à chaque extrémité puis d’y couler mon insert.

J’étais sceptique, car pincer des feuilles plutôt solides à chaque extrémité ne donnait qu’une petite portion vraiment tubulaire, et deux grosses extrémités qui ne ressemblaient à rien.

J’ai donc décidé de juste recouvrir une extrémité du tube de plusieurs couches de film alimentaire maintenues par un élastique, de le poser à la verticale, puis de couler mon insert et enfin de refermer l’extrémité du dessus de la même façon.

Ce fut fastidieux (le mélange passé à la sorbetière était tout de même assez compact et avait du mal à couler au fond) mais ça a super bien marché, j’ai eu un insert bien rond très beau :)

Je pense quand même que vous pouvez OSER couper un moule à insert, ce sera plus pratique (mais pas rond) ;) .

Ça peut faire peur de réaliser une bûche glacée, en réalité il faut juste un peu d’organisation. Cela va s’étaler sur 2-3 jours alors je vous engage à bien lire les étapes avant de vous lancer.

Mais c’est presque plus long à lire qu’à réaliser ;) Ici le Jour J est celui où vous servez la bûche, mais vous pouvez aussi bien la préparer en avance et la conserver au congélateur quelques jours.  

Désolée pour les photos que j’ai prises à la va vite avant de la servir à mes proches :)

Bûche vanille praliné

Pour une bûche vanille pralinée pour 10 personnes

  • Une gouttière à bûche de 30 cm , recouverte d’une feuille guitare

  • Une feuille rhodoid assez grande pour la rouler en tube d’au moins 3 épaisseurs , ou un moule à insert

Pour l’insert praliné

  • 230g de lait entier

  • 60g de crème liquide entière

  • 15g de lait écrémé en poudre

  • 40g de sucre

  • 10g de glucose atomisé

  • 10g de dextrose

  • 2g de Stab 2000

  • 15g de jaune d’oeuf (un peu plus d’un jaune)

  • 70g de pâte de praliné

Pour la glace vanille

  • 620g de lait entier

  • 165g de crème liquide

  • 40g de poudre de lait

  • 160g de sucre

  • 27g de dextrose

  • 27g de glucose atomisé

  • 5g Stab 2000

  • 36g de jaunes d’oeufs

  • 2 gousses de vanille grattées ou 1 CS de vanille en poudre

Pour la base

  • 25g de gavottes

  • 30g de chocolat noir

  • 150g de praliné


Jour – 3 

  • Faire la préparation pour l’insert praliné

  • Mettre la sorbetière au congélateur

Pour l’insert praliné

  • Préparez vos ingrédients : dans un bol, mélangez les sucres (sucre blanc, dextrose, glucose) et le stabilisateur. Dans un autre, disposez les jaunes d’oeuf. Et enfin, dans un dernier bol, le praliné

  • Mettre à chauffer dans la casserole le lait, la crème liquide et la poudre de lait

  • Lorsque le mélange atteint 40°C, intégrez (tout en fouettant!) les jaunes d’oeuf, puis les ingrédients secs et enfin le praliné.

  • Continuez à fouetter jusqu’à ce que le mélange atteigne 84°C (température de pasteurisation) , puis stoppez la cuisson

  • Faites refroidir rapidement : versez la préparation dans un bol, filmez au contact puis disposez le bol dans votre évier en partie rempli d’eau glacée. (sans que l’eau déborde dans le bol, vous avez compris)

  • Quand la préparation est tiède, entreposez la préparation au réfrigérateur, pour environ 12 à 24h


J-2

  • Préparer la base pralinée

  • Couler l’insert praliné et le mettre au congélateur

  • Préparer la glace vanille

  • Remettre la sorbetière au congélateur … ;)

Pour la base pralinée

  • Faites fondre le chocolat au bain marie ou au micro ondes par à coups

  • Lorsque le chocolat est fondu et homogène, ajoutez y le praliné pour le ramollir au contact de la chaleur. Mélangez pour avoir une pâte homogène

  • Emiettez alors vos gavottes dans le bol , mélangez une dernière fois.

  • Déposez une feuille de papier sulfurisé sur un plat long (qui rentre au réfrigérateur) et dessinez dessus le patron de votre base. Je me suis servie d’une « semelle » de bûche de 30 cm, mais j’ai fait mon gabarit légèrement plus petit pour que la base rentre aisément dans la bûche.

  • Versez votre préparation en suivant votre patron (il faut donc que vous obteniez un rectangle assez long, peu épais, pour ne pas être écoeurant)

  • Entreposez la base au réfrigérateur pour qu’elle durcisse

Pour l’insert praliné

  • Sortez la sorbetière du congélateur

  • Disposez la préparation pralinée et turbinez pendant 30 minutes

  • Si vous avez une gouttière à insert (ce que je vous conseille), coupez juste à la bonne taille et coulez votre insert dedans.

  • Sinon, roulez votre feuille rhodoid sur plusieurs épaisseurs pour former un tube. A vous de voir le diamètre selon la proportion d’insert que vous voulez

  • Coupez les extrémités pour que l’insert puisse rentrer dans la longueur du moule

  • Recouvrez une extrémité de film alimentaire (plusieurs couches maintenues par un élastique) , disposez le tube à la verticale, avec l’extrémité du tube recouverte de film vers le bas

  • Versez la préparation glacée dans le tube progressivement (c’est un peu fastidieux) puis recouvrez l’extrémité supérieure de papier film.

  • Entreposez bien horizontalement dans le congélateur

  • Rincez la sorbetière et remettez la au froid

Pour la préparation vanille

  • Préparez vos ingrédients : dans un bol, mélangez les sucres (sucre blanc, dextrose, glucose) et le stabilisateur. Dans un autre, disposez les jaunes d’oeuf.

  • Mettre à chauffer dans la casserole le lait, la crème liquide, la poudre de lait et la vanille

  • Lorsque le mélange atteint 40°C, intégrez (tout en fouettant!) les jaunes d’oeuf, puis les ingrédients secs

  • Continuez à fouetter jusqu’à ce que le mélange atteigne 84°C (température de pasteurisation) , puis stoppez la cuisson

  • Faites refroidir rapidement : versez la préparation dans un bol, filmez au contact puis disposez le bol dans votre évier en partie rempli d’eau glacée. (sans que l’eau déborde dans le bol, vous avez compris)

  • Quand la préparation est tiède, entreposez la préparation au réfrigérateur, pour environ 12 à 24h


J-1

  • Turbiner la glace vanille

  • Faire le montage de la bûche

  • Sortez la sorbetière du congélateur, versez y la préparation vanillée, et turbinez pendant 30 minutes

  • Coulez une partie de la glace obtenue dans la gouttière à bûche (recouverte d’une feuille guitare), puis déposez y l’insert praliné (après avoir enlevé la feuille de rhodoid hein…;) ).

  • Versez encore un peu de glace, puis déposez la base pralinée

  • Et versez la fin de la glace pour recouvrir le tout !

  • Déposez votre gouttière délicatement dans le congélateur (sur le dos hein ;) ) et oubliez la jusqu’au lendemain . (quand elle a commencé à prendre, j’ai déposé un peu de pralin sur la base)

Le JOUR J !! 

  • Démoulez doucement votre bûche vanille praliné (avec la feuille guitare il ne devrait pas y avoir de soucis) (je n’ai même pas abîmé mon moule, je pourrai le réutiliser)

  • Décorez le dessus avec ce que vous avez sous la main (pour moi, des étoiles en sucre, du pralin et des noisettes )

  • Servez de suite ou entreposez au congélateur jusqu’au service