Bûche vanille praliné, un pur bonheur

Coucou les gens !! Cette année je passerai mon premier Noël loin de ma famille, alors j’ai voulu les inviter à le fêter (très) en avance. C’était l’occasion aussi de leur présenter mon chez moi, que j’ai décoré à mon goût et que j’adore :) . C’était rigolo et un peu impressionnant de « reprendre le flambeau » pour cette édition 2016, j’y ai mis beaucoup de cœur. La plus belle réussite de ce repas fut pour moi cette bûche vanille praliné, une TUERIE (en toute modestie haha- )

Je vous ai présenté mon praliné maison puis ma glace pralinée maison… Tout ça pour vous amener à cette bûche vanille praliné que tout le monde a beaucoup appréciée :)

Pour le matériel, j’avais fait un repérage des différentes gouttières à bûche, et m’étais orientée vers une gouttière en plastique, peu réutilisable . Une vendeuse m’avait conseillé d’acheter un moule de 50 cm puis de le découper selon la taille souhaitée

Cependant j’ai fait mes achats définitifs dans un Cook shop dont l’une des employées est juste HORRIBLE ! Agressive, pas du tout vendeuse, je ne comprends pas ce qu’elle fait là…

Elle a pris un air effaré voire écoeuré qu’on ose faire couper un moule ça et m’a presque engueulée. « Euh… Et vous faites comment si vous coupez mal ??!? evil-  »

J’ai donc pris un moule de 30 cm et n’ai pas osé prendre le moule à insert seulement disponible à 50 cm. A la place, la vendeuse m’a convaincue de rouler une feuille de rhodoid , de le pincer à chaque extrémité puis d’y couler mon insert.

J’étais sceptique, car pincer des feuilles plutôt solides à chaque extrémité ne donnait qu’une petite portion vraiment tubulaire, et deux grosses extrémités qui ne ressemblaient à rien.

J’ai donc décidé de juste recouvrir une extrémité du tube de plusieurs couches de film alimentaire maintenues par un élastique, de le poser à la verticale, puis de couler mon insert et enfin de refermer l’extrémité du dessus de la même façon.

Ce fut fastidieux (le mélange passé à la sorbetière était tout de même assez compact et avait du mal à couler au fond) mais ça a super bien marché, j’ai eu un insert bien rond très beau :)

Je pense quand même que vous pouvez OSER couper un moule à insert, ce sera plus pratique (mais pas rond) ;) .

Ça peut faire peur de réaliser une bûche glacée, en réalité il faut juste un peu d’organisation. Cela va s’étaler sur 2-3 jours alors je vous engage à bien lire les étapes avant de vous lancer.

Mais c’est presque plus long à lire qu’à réaliser ;) Ici le Jour J est celui où vous servez la bûche, mais vous pouvez aussi bien la préparer en avance et la conserver au congélateur quelques jours.  

Désolée pour les photos que j’ai prises à la va vite avant de la servir à mes proches :)

Bûche vanille praliné

Pour une bûche vanille pralinée pour 10 personnes

  • Une gouttière à bûche de 30 cm , recouverte d’une feuille guitare

  • Une feuille rhodoid assez grande pour la rouler en tube d’au moins 3 épaisseurs , ou un moule à insert

Pour l’insert praliné

  • 230g de lait entier

  • 60g de crème liquide entière

  • 15g de lait écrémé en poudre

  • 40g de sucre

  • 10g de glucose atomisé

  • 10g de dextrose

  • 2g de Stab 2000

  • 15g de jaune d’oeuf (un peu plus d’un jaune)

  • 70g de pâte de praliné

Pour la glace vanille

  • 620g de lait entier

  • 165g de crème liquide

  • 40g de poudre de lait

  • 160g de sucre

  • 27g de dextrose

  • 27g de glucose atomisé

  • 5g Stab 2000

  • 36g de jaunes d’oeufs

  • 2 gousses de vanille grattées ou 1 CS de vanille en poudre

Pour la base

  • 25g de gavottes

  • 30g de chocolat noir

  • 150g de praliné


Jour – 3 

  • Faire la préparation pour l’insert praliné

  • Mettre la sorbetière au congélateur

Pour l’insert praliné

  • Préparez vos ingrédients : dans un bol, mélangez les sucres (sucre blanc, dextrose, glucose) et le stabilisateur. Dans un autre, disposez les jaunes d’oeuf. Et enfin, dans un dernier bol, le praliné

  • Mettre à chauffer dans la casserole le lait, la crème liquide et la poudre de lait

  • Lorsque le mélange atteint 40°C, intégrez (tout en fouettant!) les jaunes d’oeuf, puis les ingrédients secs et enfin le praliné.

  • Continuez à fouetter jusqu’à ce que le mélange atteigne 84°C (température de pasteurisation) , puis stoppez la cuisson

  • Faites refroidir rapidement : versez la préparation dans un bol, filmez au contact puis disposez le bol dans votre évier en partie rempli d’eau glacée. (sans que l’eau déborde dans le bol, vous avez compris)

  • Quand la préparation est tiède, entreposez la préparation au réfrigérateur, pour environ 12 à 24h


J-2

  • Préparer la base pralinée

  • Couler l’insert praliné et le mettre au congélateur

  • Préparer la glace vanille

  • Remettre la sorbetière au congélateur … ;)

Pour la base pralinée

  • Faites fondre le chocolat au bain marie ou au micro ondes par à coups

  • Lorsque le chocolat est fondu et homogène, ajoutez y le praliné pour le ramollir au contact de la chaleur. Mélangez pour avoir une pâte homogène

  • Emiettez alors vos gavottes dans le bol , mélangez une dernière fois.

  • Déposez une feuille de papier sulfurisé sur un plat long (qui rentre au réfrigérateur) et dessinez dessus le patron de votre base. Je me suis servie d’une « semelle » de bûche de 30 cm, mais j’ai fait mon gabarit légèrement plus petit pour que la base rentre aisément dans la bûche.

  • Versez votre préparation en suivant votre patron (il faut donc que vous obteniez un rectangle assez long, peu épais, pour ne pas être écoeurant)

  • Entreposez la base au réfrigérateur pour qu’elle durcisse

Pour l’insert praliné

  • Sortez la sorbetière du congélateur

  • Disposez la préparation pralinée et turbinez pendant 30 minutes

  • Si vous avez une gouttière à insert (ce que je vous conseille), coupez juste à la bonne taille et coulez votre insert dedans.

  • Sinon, roulez votre feuille rhodoid sur plusieurs épaisseurs pour former un tube. A vous de voir le diamètre selon la proportion d’insert que vous voulez

  • Coupez les extrémités pour que l’insert puisse rentrer dans la longueur du moule

  • Recouvrez une extrémité de film alimentaire (plusieurs couches maintenues par un élastique) , disposez le tube à la verticale, avec l’extrémité du tube recouverte de film vers le bas

  • Versez la préparation glacée dans le tube progressivement (c’est un peu fastidieux) puis recouvrez l’extrémité supérieure de papier film.

  • Entreposez bien horizontalement dans le congélateur

  • Rincez la sorbetière et remettez la au froid

Pour la préparation vanille

  • Préparez vos ingrédients : dans un bol, mélangez les sucres (sucre blanc, dextrose, glucose) et le stabilisateur. Dans un autre, disposez les jaunes d’oeuf.

  • Mettre à chauffer dans la casserole le lait, la crème liquide, la poudre de lait et la vanille

  • Lorsque le mélange atteint 40°C, intégrez (tout en fouettant!) les jaunes d’oeuf, puis les ingrédients secs

  • Continuez à fouetter jusqu’à ce que le mélange atteigne 84°C (température de pasteurisation) , puis stoppez la cuisson

  • Faites refroidir rapidement : versez la préparation dans un bol, filmez au contact puis disposez le bol dans votre évier en partie rempli d’eau glacée. (sans que l’eau déborde dans le bol, vous avez compris)

  • Quand la préparation est tiède, entreposez la préparation au réfrigérateur, pour environ 12 à 24h


J-1

  • Turbiner la glace vanille

  • Faire le montage de la bûche

  • Sortez la sorbetière du congélateur, versez y la préparation vanillée, et turbinez pendant 30 minutes

  • Coulez une partie de la glace obtenue dans la gouttière à bûche (recouverte d’une feuille guitare), puis déposez y l’insert praliné (après avoir enlevé la feuille de rhodoid hein…;) ).

  • Versez encore un peu de glace, puis déposez la base pralinée

  • Et versez la fin de la glace pour recouvrir le tout !

  • Déposez votre gouttière délicatement dans le congélateur (sur le dos hein ;) ) et oubliez la jusqu’au lendemain . (quand elle a commencé à prendre, j’ai déposé un peu de pralin sur la base)

Le JOUR J !! 

  • Démoulez doucement votre bûche vanille praliné (avec la feuille guitare il ne devrait pas y avoir de soucis) (je n’ai même pas abîmé mon moule, je pourrai le réutiliser)

  • Décorez le dessus avec ce que vous avez sous la main (pour moi, des étoiles en sucre, du pralin et des noisettes )

  • Servez de suite ou entreposez au congélateur jusqu’au service




Glace pralinée trop bonne

Hello !! Aujourd’hui je vous présente une glace pralinée que j’ai juste adorée, et encore je trouve le mot faible amour-

J’avais déjà essayé de faire des glaces maison mais je les trouvais toujours méga dures à la sortie du congélateur, un vrai bloc de glace ! Même l’utilisation de la sorbetière n’y avait rien changé. J’avais alors lu sur internet qu’il fallait se résoudre à ajouter des stabilisants pour obtenir une glace comparable à celles du commerce.

Ainsi, il y a quelques semaines, j’ai osé demander dans un magasin de cuisine ce qu’il faudrait que j’ajoute dans mes glaces. Je suis repartie avec du glucose atomisé et du Stab 2000 , sans trop savoir quoi en faire, ni comment les doser. « Il faut trouver des recettes donnant des proportions », m’avait dit la vendeuse.

J’ai d’abord oublié ces produits dans mon placard… Puis quand est venu le moment de choisir un dessert pour un pré-Noël, j’ai hésité. J’adore les bûches glacées mais je gardais un tel mauvais souvenir de mes glaces que j’ai eu du mal à me lancer. Finalement j’ai trouvé des recettes utilisant ces ingrédients et des explications bien détaillées sur leur utilité, alors j’ai décidé de sauter le pas :)

Est-ce que ça a changé quelque chose ? CARREMENT !

Certaines personnes rechigneront peut être à ajouter des « additifs » dans leurs glaces, je les comprends. Mais par additifs dans mes recettes il n’y a que du dextrose et du glucose en poudre, qui ne sont finalement que d’autres formes de sucres. Et oui, du stab 2000, qui à lui seul contient 4-5 additifs. Cependant on reste loin du nombre impressionnant de E412 , E410, colorants etc. des glaces du commerce.

En tout cas ça marche vraiment, dès la sortie du congélateur ma glace pralinée était super moelleuse, sans cristaux, j’étais aux anges ! Vive l’été prochain pour faire des glaces à gogo :)

Le goût, n’en parlons pas, c’était dingue, fallait nous voir déguster avec recueillement, l’air rempli de « mmh » « miam » « nan mais c’est trop bon non ? » ;)

Si vous destinez votre glace à être dégustée de suite après le passage en sorbetière, je pense que vous pouvez vous passer d’additifs. Idem, si vous n’avez pas envie d’investir, remplacez le glucose et le dextrose par du sucre normal.

Lisez bien la recette, il y a des températures à respecter ainsi que des temps de repos (à faire la veille !)

Pour 700g de glace pralinée

  • 345g de lait entier

  • 90g de crème liquide entière

  • 20g de lait écrémé en poudre (type Régilait)

  • 60g de sucre blanc

  • 15g de glucose atomisé (dans les magasins de cuisine)

  • 15g de dextrose (idem)

  • 3g de Stab 2000 (idem)

  • 20g de jaune d’oeuf (un peu plus d’un jaune)

  • 100g de pâte de praliné (maison c’est mille fois meilleur!)

  • Préparez vos ingrédients : dans un bol, mélangez les sucres (sucre blanc, dextrose, glucose) et le stabilisateur. Dans un autre, disposez les 20g de jaunes d’oeuf. Et enfin, dans un dernier bol, le praliné

  • Mettre à chauffer dans la casserole le lait, la crème liquide et la poudre de lait

  • Lorsque le mélange atteint 40°C, intégrez (tout en fouettant!) les jaunes d’oeuf, puis les ingrédients secs et enfin le praliné.

  • Continuez à fouetter jusqu’à ce que le mélange atteigne 84°C (température de pasteurisation) , puis stoppez la cuisson

  • Faites refroidir rapidement : Versez la préparation dans un bol, filmez au contact puis disposez le bol dans votre évier en partie rempli d’eau glacée. (sans que l’eau déborde dans le bol, vous avez compris)

  • Quand la préparation est tiède, entreposez la préparation au réfrigérateur, pour environ 12 à 24h

  • Pensez pendant ce temps à placer votre sorbetière au congélateur !

  • Le lendemain, passez à la sorbetière une trentaine de minutes. Dégustez de suite votre glace pralinée ou conservez au congélateur :)




Pâte de praliné maison

Bonjour bonjour !! Je réédite cette recette de pâte de praliné maison, non seulement pour y mettre une photo plus jolie (mon dieu j’ai honte de mes anciennes photos) mais aussi car vous allez en avoir besoin pour mes prochaines recettes :D (attention spoiler ;) ).

Le praliné maison est vraiment incomparable à celui du commerce. Même à celui de qualité, type Valrhona, que j’ai trouvé beaucoup trop sucré, sans cet arôme de fruits grillés.

Autant vous dire que je ne suis pas peu fière de faire mieux que Valrhona hihi :D

J’ai pris la recette ici, un blog génial avec des recettes plus alléchantes les unes que les autres, venant du monde entier ! :)

Sur mes photos étape par étape j’utilise des amandes, mais pour le praliné qui m’a servi de photo de couverture, j’ai utilisé des noisettes. J’adore les deux!

J’ai fait une grosse quantité, sachant que c’est un petit peu long à faire et que ça part vite dans les recettes. Je vous assure, il vous faut tenter cette recette addictive !  amour-

Pour environ 400g de praliné

  • 300g de noisettes ou amandes grillées
  • 200g de sucre
  • 20g d’eau
  • Une thermosonde
  • Faites griller vos noisettes ou amandes au four si besoin : chauffez le four à 140 et laissez griller vos fruits secs une vingtaine de minutes, jusqu’à ce que leur centre brunisse. Laissez refroidir
  • Faites chauffer dans une poêle le sucre et l’eau sur feu moyen jusqu’à 120°C . On obtient un sirop avec de grosses bulles, si vous n’avez pas de thermosonde

Sirop

  • Hors du feu, versez ensuite vos amandes/noisettes d’un coup puis mélangez jusqu’à ce qu’une pellicule de sucre blanc se fige autour des amandes (le sablage)

Praliné1

  • Remettez sur le feu puis mélangez constamment jusqu’à ce que le sucre se transforme de nouveau en caramel, enrobant vos amandes. Ca c’est l’étape la plus longue…
  • Versez les sur un papier sulfurisé et attendez le complet refroidissement

amandes2

  • Enfin, cassez la plaque en petits morceaux et mixez par à-coups (quelques minutes puis pause, etc. Pour ne pas surchauffer votre mixeur) jusqu’à obtenir une pâte de la consistance voulue.
  • Versez le praliné dans un pot propre (voire stérilisé) . Et voilà!

Remarques

  • Vous pouvez utiliser moitié noisettes / moitié amandes
  • C’est quand même bien meilleur d’utiliser des fruits secs grillés/torréfiés amour-
  • Il faut s’armer de courage pour ne pas le manger à la petite cuillère  :D

Enregistrer

Enregistrer




Crème dessert pralinée comme une mont blanc

Coucou ! Aujourd’hui je vous livre une crème dessert pralinée , qui ressemble aux crèmes mont blanc en meilleur, dixit chéri :) .

J’avais un peu de lait à écouler, j’avais déjà testé la danette au chocolat, la danette au café, alors j’ai voulu tester la crème dessert pralinée. J’ai trouvé cette belle recette sur le site C’est moi qui l’ai fait.

Un super choix (en toute modestie :P ) car c’est toujours aussi facile à faire et au moins aussi bon !

Le goût de praliné est vraiment présent, ces crèmes ne sont pas trop sucrées, bien onctueuses … En fait leur goût me rappelle beaucoup le Paris-Brest ! Tout ça réalisé en 5 minutes chrono , le fait maison ça a vraiment tout bon amour-

Crème dessert pralinée pour 4

  • 80g praliné

  • 500 ml lait

  • 30g sucre blanc

  • 3 jaunes d’oeuf

  • 20 g maizena

  • Mettez dans une casserole votre lait et votre praliné et portez à ébullition

  • Cassez vos œufs, séparez le blanc des jaunes (gardez les blancs pour une autre recette ou…jetez les :( ) et versez le jaune dans un saladier

  • Ajoutez aux œufs la maizena tamisée, le sucre et fouettez

  • Versez votre lait bouillant sur le mélange tout en mélangeant

  • Lorsque le mélange est homogène , remettez dans le casserole sur feu moyen. Ne cessez pas de fouetter jusqu’à ce que le mélange épaississe et arrive à petite ébullition. Ôtez du feu

  • Si de petits grumeaux se sont tout de même formés, fouettez pour avoir une préparation lisse

  • Versez la crème dans de petits pots , couvrez (pour qu’il n’y ait pas de croûte qui se forme), laissez tiédir

  • Entreposez quelques heures au frais puis dégustez !




L’Irrésistible : entremets chocolat praliné, 2 ans du blog!

Coucou vous !

Il y a 2 ans presque tout pile (c’était le 14 août apparemment), paraissait mon premier article.

Je ne sais plus ce qui m’a fait franchir le pas. Mais alors plus du tout.

D’ailleurs, quand je parle de cuisine ou de mon blog, j’ai souvent une impression que ce n’est pas réél, que la cuisine c’est quand même pas SI important.

Puis je me contemple en train de glousser quand je lis une carte de restaurant, en train de soupirer d’aise dans un marché, en train de frissonner d’excitation à l’idée de toutes les recettes qu’il me reste à tester, à imaginer. Alors je me rends à l’évidence : même si ça me semble un peu fou, oui, j’aime cuisiner (et manger :D) à ce point.

Et ce blog m’apporte une source infinie de joie, de rencontres, de découvertes. Il me stimule quand j’essaye de faire des recettes appétissantes et de jolies photos. Il m’ouvre à des horizons inconnus, quand je découvre sur les blogs de mes copinautes des mets dont je n’aurais même pas eu l’idée. Il m’émeut quand je reçois des mails ou des commentaires de parfaits inconnus qui me disent qu’ils ont aimé mon univers.

Alors merci à tous ceux qui me suivent, j’ai encore un milliard de recettes à tester et de projets, on a encore une longue route ensemble j’espère :)

Et pour fêter tout ça, place à un entremets (oui oui, y a un S, j’ai vérifié) dont je suis pas mal fière, que j’ai fait pour mes 25 ans :) Ma famille est accro au trianon, mais je voulais tester quelque chose de nouveau, alors j’ai voulu retrouver la même association de saveurs mais en déstructurant les couches.

Une fois mon prototype en tête j’ai été chercher les bases sur internet : j’ai piqué la recette de génoise de Piroulie, la mousse au praliné de Maryse , et le crémeux au chocolat d’Audrey .

J’ai adoré les textures, le goût….Un énorme miam ! Et si je dis qu’il est irrésistible, je n’exagère pas : si je l’avais sous les yeux en ce moment, j’en mangerais une bonne moitié ;)

Lisez bien TOUTE la recette avant de vous lancer, et je vous conseille de le faire la veille pour que tous les arômes puissent se développer.

Pour un entremets chocolat praliné de 25cm de diamètre, pour 12 personnes

Pour la génoise, franchement la plus moelleuse que j’aie jamais mangée (ce doit être car elle a été faite par mon chéri ;) ) avec un franc goût de boudoir (pourquoi, ça je ne saurais vous le dire). Il vous en restera car j’ai fait 4 génoises avec (je faisais 2 gateaux) mais les proportions sont horribles à diviser par 4, donc je vous le divise en 3

  • 2 œufs
  • 65g de sucre
  • 30g de maizena
  • ½ verre (de 20 cl ) de poudre d’amandes
  • Préchauffez votre four à 160°C
  • Fouettez au batteur électrique les jaunes d’oeufs (en gardant les blancs à part) avec la moitié du sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse et augmente de volume
  • Rajoutez la maizena et la poudre d’amande puis mélangez à nouveau
  • Dans un autre bol, fouettez les blancs d’oeuf toujours au batteur électrique. Lorsqu’ils commencent à prendre, rajoutez progressivement l’autre moitié du sucre, jusqu’à obtenir une meringue.
  • Incorporez la meringue au mélange précédent délicatement
  • Versez votre pâte dans votre moule graissé par une bombe spéciale ou beurré-fariné, sur une hauteur d’environ 1cm, et laissez cuire jusqu’à ce que le dessus soit bien doré (environ 15-20 minutes pour moi, au lieu des 30 minutes de piroulie, car ma génoise était beaucoup moins épaisse)

Pour la mousse pralinée

  • 350g de lait
  • 4 jaunes d’oeuf
  • 60g de sucre
  • 250g de pâte de praliné
  • 20g de maizena
  • 350g de crème liquide entière (bien froide, si possible à mettre 10 min au congélateur avant de la fouetter)
  • 5 feuilles de gélatine
  • Mettez à tremper vos feuilles de gélatine dans de l’eau froide pour qu’elles ramollissent
  • Faites une crème pâtissière : fouettez vos jaunes d’oeufs (gardez les blancs pour un autre dessert) avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajoutez 20g de maizena tamisée, fouettez à nouveau
  • Pendant ce temps, portez à ébullition le lait
  • Lorsque le lait est chaud, versez le sur le mélange tout en fouettant. Remettez le tout sur feu moyen (en fouettant vivement pour que ça ne cuise pas et ne fasse pas de grumeaux) jusqu’à ce que le mélange épaississe et fasse une crème (comme ce sera dans un entremets qui doit avoir de la tenue, je l’épaissis vraiment au maximum)
  • Sortez la crème du feu et ajoutez y les feuilles de gélatine essorées , puis mélangez pour qu’elles fondent et s’incorporent
  • Ajoutez alors votre praliné et mélangez à nouveau pour que votre crème soit homogène
  • Filmez au contact et laissez tiédir. Pendant ce temps, si possible, mettez les fouets de votre batteur ainsi que le bol au frigidaire, pour donner toutes les chances à votre crème de monter en chantilly. Lorsque votre crème pâtissière est tiède, fouettez votre crème liquide bien froide en chantilly ferme (mais pas trop), puis incorporez la délicatement à la crème pâtissière (en soulevant la masse doucement avec une maryse) en plusieurs fois.
  • Lorsque la mousse pralinée est bien homogène , coulez la dans votre moule amovible (si besoin tapissé de rhodoïd) (ou votre cercle à entremets bien posé sur un plat) sur la génoise, puis placez le tout au frais quelques heures pour que la mousse fige

Pour le crémeux au chocolat (à réaliser la veille ou au moins quelques heures auparavant)

  • 150g de chocolat noir dessert 50%
  • 75 + 225g de crème liquide entière (minimum 30% de matières grasses)
  • Faites fondre votre chocolat en morceaux au bain marie
  • Faites chauffer votre crème liquide. Ajoutez 75g de crème liquide chaude au chocolat fondu tout en remuant pour que le mélange soit homogène et lisse.
  • Sortez du feu, ajoutez le reste de crème liquide (toujours chaude) puis mélangez à nouveau.
  • Attendez que cela tiédisse et entreposez au réfrigérateur quelques heures
  • Lorsque le reste de votre entremets est frais et que la mousse pralinée est figée, montez votre crémeux bien froid en chantilly au fouet, puis dressez le à l’aide d’une poche à douille au dessus de la mousse.

Facultatif : quelques touches de chantilly nature pour contraster avec le crémeux chocolat

  • 100 ml de crème liquide entière bien froide
  • 1 CS de sucre glace
  • ½ sachet de chantifix (qu’on trouve au rayon pâtisserie )
  • Montez votre crème liquide en chantilly au batteur électrique ou au robot. Lorsqu’elle commence à prendre forme, ajoutez le sucre glace et le chantifix, puis continuez à battre jusqu’à ce que la chantilly soit ferme.
  • Dressez quelques touches à la poche à douilles

Réservez votre entremets au réfrigérateur jusqu’au service, décorez selon vos souhaits au dernier moment de pralin, amandes effilées…

Et régalez vous (en pensant à moi, hihihi)




Mon Trianon au café

Coucou les Loulous !!

Comment allez-vous sous ce magnifique soleil ? C’est fou comme ça fait du bien au moral hein ? :)

Il va donc falloir songer au régime pré-maillot de bain… Mais ce sera APRES que je vous livre cette recette méga gourmande amour- Pourtant, on revient de loin, très loin, je crois que c’est la recette la plus épique de mon blog !

C’était l’anniversaire de ma môman (coucou!) et comme d’habitude, je me suis portée volontaire pour faire le dessert. Sauf que d’un coup, maman ne me répond pas « comme tu veux », ni un classique « un truc au chocolat », mais là bim, sur-estimant les capacités de sa fille chérie, «  un truc au café », qu’elle me dit !! LA boisson que je ne bois jamais, et pour cause : je déteste ça.

Alors oui, en mousse je l’aime, en glace parfois, mais ce n’est pas les 3 fois où j’en ai mangées qui m’ont appris à apprivoiser le café, ni les saveurs qui se marient bien avec lui…

Vraiment, j’avais beau creuser, fouiller dans ma tête, je ne trouvais pas d’idée en or, plutôt du vent, du vide, un gouffre , j’étais devenue comme on dit « une poule devant un couteau ». Utiliser du café dans ma cuisine soulevait autant de questions que si on m’avait demandé de marier patates et fraises (toute ressemblance avecTop Chef est totalement fortuite) (et encore, j’aurais préféré les patates et les fraises, maman)

Après avoir tapé « quelles saveurs marier avec le café » sur mon ami google, qui ne m’a pas vraiment aidée, avoir essayé d’imaginer seule les associations (avec des fruits, du chou, des haricots verts? Tout y est passé!) , j’ai voulu m’inspirer chez les autres. Là encore, je n’étais pas satisfaite : beaucoup le mariaient au chocolat, mais je ne voulais pas. J’avais trop peur de ne pas savoir doser, que le chocolat l’emporte.

En plus, maman, qui ne m’avait pour une fois pas demandé de trianon, voulait quand même du croustillant.

Bon. Seule et abandonnée de tous, l’oeil hagard, le cheveu en bataille, je me suis relevé les manches. Ce dessert serait sublime ou ne serait pas, et j’allais l’inventer, na !! Enfin, inventer est un grand mot, je n’ai pas créé de génoise qui sonne quand elle est cuite, ni de mousse qui adapte sa texture et son goût selon la personne qui la déguste, mais j’ai imaginé les différentes couches, en m’inspirant tout de même de la mousse au café (délicieuse) de Kefrida et de recettes de Ducasse.

Maman, en fidèle commis de cuisine, m’avait acheté extrait/arôme/café soluble et paquet de gavottes, j’étais parée, je pouvais TOUT faire, ça allait glisser comme sur des roulettes, si si. Enfin…c’est ce que je croyais.

Première couche nickel, 2e couche ça se corse, je n’arrive pas à retrouver le goût du café dans le goût du praliné, alors que maman le sent plein pot (autre difficulté, comment savoir à quel point les autres, ces fous qui aiment le café, veulent qu’il soit fort?). Donc je goûte, re-re-goûte, capitule, je passe à la 3e couche, la mousse au café, géniale (ouf), et la, patatra, tout s’écroule, nous passons aux déboires-de-la-4e-couche-que-j’ai-refaite-3-fois et que j’ai goûtée, re-goûtée, re(X100)-goûtée, au point qu’à la fin de mon après-midi de cuisine, j’étais blanche, avec une glycémie d’environ 50 grammes par litre (la norme étant d’environ 1g). Ce qui s’est passé ? J’ai essayé une première couche au mascarpone, avant de me rendre à l’évidence : je déteste ça. J’ai essayé une 2e fois avec du chocolat blanc, avant de me rendre à l’évidence : je déteste ça. Et une 3e fois à la vanille, et là, alleluia, je tenais mon entremet.

Trianon au café

Et vous savez quoi ? Il a été dévoré, maman l’a adoré, meilleur que le trianon selon elle ! Le goût du café n’est pas trop prononcé, il pourra plaire à un plus grand nombre comme ça . J’étais super fière :D

Place à la recette ! Pour 10 personnes, préparation environ 2h. Et le secret d’un bel entremet, c’est un moule à fond amovible !

Pour la génoise café

  • 2 œufs à température ambiante
  • 70g de sucre
  • 60g de farine
  • 1 cc d’extrait de café
  • 15 min au four à 180°C

Pour le praliné

  • 150g de purée de noisettes + 3 CS de glucose ou 200g de praliné bien liquide
  • 2 cc d’extrait de café
  • 60g de chocolat blanc
  • 40g de gavottes
  • 1 CS de crème

Pour la mousse au café

  • 20 cl de lait
  • 4 jaunes d’oeufs
  • 100g de sucre
  • 5 feuilles de gélatine
  • 3 CS de café soluble (de qualité)
  • 30 cl de crème fleurette entière

Pour le crémeux vanille

  • 3 jaunes d’oeufs
  • 10 cl de lait
  • 1 gousse de vanille
  • 50 g de sucre
  • 2 sachets de sucre vanillé
  • 25 cl de crème fleurette entière
  • 2 feuilles de gélatine

Pour la génoise

  • Préchauffez votre four à 180°C
  • Fouettez vos jaunes d’oeufs avec le sucre, jusqu’à ce que le mélange blanchisse et augmente de volume
  • Ajoutez alors la farine et l’extrait de café, puis mélangez jusqu’à ce que ce soit homogène
  • Fouettez vos blancs d’oeuf en neige, puis incorporez les délicatement au mélange précédent.
  • Versez dans votre moule beurré ou recouvert de papier cuisson, puis enfournez 10-15minutes, jusqu’à ce que la génoise soit dorée mais pas trop. Laissez tiédir, avant de détacher la génoise puis de la reposer sur le socle.

Pour le croustillant café-praliné

  • Faites bouillir une casserole d’eau, et préparez un cul de poule juste assez grand pour ne pas tomber dans la casserole. Mettez dedans le chocolat blanc et le praliné, puis disposez le saladier sur la casserole (pour que l’un fonde et l’autre se liquéfie) sans que le fond ne touche l’eau.
  • Ôtez du feu lorsque les 2 sont lisses et bien mélangés. Attendez que ça tiédisse puis ajoutez le sirop d’agave si besoin, la crème, l’extrait de café. Mélangez, puis ajoutez les gavottes écrasées.
  • Versez le mélange sur la génoise en essayant d’égaliser la hauteur
  • Entreposez au frigo pour que cette couche durcisse un peu

Pour la mousse au café

  • Il faut que votre crème liquide soit bien froide, au moins au frigo depuis plusieurs heures, le top serait que le bol de votre robot et le batteur y soit aussi. Et une quinzaine de minutes avant de monter la chantilly, mettez votre crème liquide au congélateur (pas trop longtemps avant non plus!)
  • Mettez vos feuilles de gélatine à ramollir dans un bol d’eau froide
  • Fouettez vos jaunes d’oeuf avec le sucre, jusqu’à ce que le mélange blanchisse et augmente de volume. Pendant ce temps, faites chauffer le lait et le café soluble dans une casserole.
  • Lorsque le lait est juste avant l’ébullition, versez le dans le mélange œufs/sucre tout en continuant à fouetter. Reversez le tout dans la casserole sur feu moyen et mélangez continuellement à la maryse ou avec une cuillère en bois, jusqu’à ce que ça épaississe pour former une crème anglaise (en passant votre doigt sur la spatule, cela doit laisser une trace nette)
  • Essorez votre gélatine et incorporez la dans la crème anglaise, en veillant à ce qu’elle fonde complètement
  • Laissez au moins tiédir, au mieux refroidir
  • Sortez votre bol et votre crème liquide du frigo, et fouettez la en chantilly bien ferme (elle ne bouge pas quand on retourne le bol!)
  • Incorporez en une petite partie dans la crème anglaise, puis le reste au fur et à mesure, délicatement avec la maryse, jusqu’à ce que ce soit homogène
  • Coulez la mousse obtenue sur le croustillant aux gavottes, et mettez au frais 2h pour que ça prenne, avant de passer à la mousse vanille

Pour la mousse à la vanille

  • Refaites la même chose : les œufs et le sucre , le lait qui bout avec les grains de la gousse de vanille, on mélange, on fait une crème anglaise, la gélatine, on laisse refroidir, on monte la crème en chantilly… :)
  • Attendez que ça refroidisse et commence à se solidifier, à l’air libre, pas au frigo. Il faut que ça ait assez de texture pour pouvoir se pocher en « dômes » , mais pas trop encore (pas une vraie mousse compacte qu’on ne pourra plus remodeler)
  • Pochez votre mousse sur le dessus de l’entremet, avec une poche à douille et un embout rond.
  • Entreposez au frais toute une nuit

Le lendemain, juste avant le service, vous pouvez décorer en saupoudrant de cacao amer.




Tarte chocolat praliné

Bonjouuuur !!

Aujourd’hui je vous livre une recette dé-ca-den-te et délicieuse !! Je l’ai faite pour ma petite Nathalie d’amour, et tous ceux qui ont pu y goûter m’en parlent en levant les yeux au ciel genre «  Han, une TUE-RIE ! ». Imaginez, une pâte sucrée maison, recouverte d’un mélange de pâte à tartiner, chocolat et gavottes, et par dessus un crémeux au chocolat !

Il vaut mieux faire la crème au chocolat la veille, je l’ai faite pendant que mes colocs dormaient donc je n’ai pas sorti le mixeur plongeant pour tout lisser, il y a des petites bulles mais on va pas chipoter ;)

Si vous voulez un résultat plus lisse, vous pouvez couler le crémeux de suite sur la tarte, mais comme tout ce qui est au chocolat est meilleur le lendemain, et que je n’étais pas sûre que la pâte à tarte, elle, apprécie de rester 24h au frigo une fois cuite, j’ai fait le crémeux la veille et tout le reste le jour même. A vous de voir, vous pouvez tester et me dire ce qu’il en est :D

Ne voulant pas abimer la tarte que j’ai livrée, j’en ai fait une mini mini que j’ai photographiée, mais imaginez le résultat en plus grand.

Je me suis fortement inspirée de la recette de la tarte Boubou de Jülide , mais j’ai pris la recette de pâte sablée de Paris dans ma cuisine (que je vais garder car elle est délicieuse, à la fois croustillante et fondante, et je n’ai eu que des compliments dessus) et j’ai modifié la recette de couche pralinée.

Préparation : 40 minutes

Pour une tarte de 22 cm de diamètre

Pour la pâte à tarte

  • 2 CS d’huile neutre (tournesol…)
  • 2 CS de lait
  • 2 grosses CS de sucre (bien bombées)
  • 100g de beurre doux ou demi sel pommade (très mou, sorti du frigo en avance)
  • 1 jaune d’oeuf
  • 200g de farine
  • Dans le bol de votre robot (ou dans un saladier si vous le faites à la main), battez l’huile, le lait et le sucre
  • Ajoutez le beurre coupé en morceaux et le jaune d’oeuf, avant de fouetter à nouveau jusqu’à obtenir un mélange homogène
  • Ajoutez la farine tamisée, puis mélangez jusqu’à obtenir une pâte molle (encore un peu collante)
  • Entourez la pâte de film alimentaire et gardez au frigo au moins 2h (vous pouvez la faire la veille aussi)
  • Au moment de monter votre tarte , préchauffez votre four à 190°C.
  • Etalez votre pâte au rouleau sur un plan de travail bien fariné (une épaisseur d’environ 5-7mm), puis disposez la dans votre moule à tarte en coupant les bords qui dépassent (je vous conseille de tapisser le moule de papier cuisson car la pâte une fois cuite sera fragile et difficile à démouler, c’est mieux de pouvoir la soulever en tirant sur le papier :) ). Foncez la pâte (appuyez bien partout pour avoir une jolie pâte à angles droits) et remettez la 15 minutes au frais.

Tarte 4

  • Piquez la avec une fourchette puis enfournez pour une vingtaine de minutes, jusqu’à ce que la pâte soit dorée.
  • Laissez refroidir

Pour la couche pralinée

  • 130g de praliné ou de pâte à tartiner d’excellente qualité avec plus de 45 % de noisettes (par exemple, j’adoooore le « cuor de guanduja » de
  • 50g de gavottes
  • 70g de chocolat au lait
  • Faites fondre le chocolat au micro-ondes 30 secondes ou 1 minute puis remuez et laissez fondre les morceaux restants au contact du mélange chaud
  • Ajoutez le praliné et les gavottes réduites en miettes entre vos doigts. Mélangez, puis répartissez sur la tarte

Pour le crémeux (à faire la veille puis à rajouter sur la tarte, ou à faire le jour même)

  • 3 jaunes d’oeufs
  • 50g de sucre en poudre
  • 175g de chocolat 60% de qualité
  • 125g de lait
  • 125g de crème liquide entière
  • Faites chauffer la crème et le lait dans une casserole
  • Dans un saladier, fouettez les jaunes d’oeufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse et augmente de volume.
  • Lorsque la crème et le lait bouillent, versez les dans le saladier (au travers d’un tamis) puis mélangez
  • Reversez le tout dans la casserole et mélangez constamment jusqu’à ce que le mélange épaississe et nappe la cuillère (on obtient une crème anglaise)
  • Dans un saladier, cassez votre chocolat en morceaux, puis versez la crème anglaise encore chaude, en remuant jusqu’à ce que le chocolat soit fondu .
  • Pour que le mélange soit lisse, mixez au mixeur plongeant sans le ressortir du mélange pour ne pas incorporer d’air.
  • Versez le crémeux sur la tarte et entreposez au frais
  • (sinon, si comme moi vous le faites la veille de la tarte, mettez du film alimentaire sur le récipient contenant le crémeux , gardez le au frais et versez le sur la tarte le jour même, en lissant au mieux avec une spatule)

Tarte chocolat praliné

Tarte chocolat praliné




Rochers chocolat praliné

Hello les amis !

Il est arrivé plusieurs fois que mon blog soit inscrit par erreur sur des « battle » de la blogosphère. Alors pour éviter qu’une telle méprise se reproduise, on est jamais trop prudents, il vaut mieux directement répondre présente ;)

Le thème donné par Stéphanie de Cuisine moi un mouton (très beau blog que je vous recommande) était l’amande. Vaste sujet qui permettait beaucoup de recettes différentes (il me tarde d’ailleurs terriblement de voir toutes les participations).

Au début je voulais en profiter pour faire des cantuccini aux amandes, petit biscuit sec italien que j’avais adoré ramener dans mes valises.

Mais finalement j’ai eu envie de vider mes placards où m’attendaient un reste de pâte à tartiner aux noisettes maison, un reste d’amandes effilées, un reste de noisettes grillées et du chocolat. (oui, j’ai des fonds de placard de luxe :D) , et d’en faire des petites friandises ultra gourmandes au chocolat.

J’étais juste méga fière de moi, car mes rochers étaient bien réguliers , avec une texture tendre à l’intérieur, croquante à l’extérieur, et un goût qui a fait chavirer tout le monde !

Ca n’a rien à envier aux rochers des chocolatiers, et ça revient tout de même beaucoup moins cher (après calcul, chocolat au carré et je retiens 6 noisettes, ça fait 7 à 10 euros selon que le praliné ou la pâte à tartiner soit maison ou pas, bio ou pas…ce qui fait au max 40 centimes par bouchée! )

Je pense que la texture obtenue dépend beaucoup de la texture du praliné ou de la pâte à tartiner. Il ne faut donc pas hésiter à rajouter du chocolat ou du praliné…mais après que ça ait pris (ce qui implique de faire refondre), car la texture quand tout est fondu est très trompeuse.

Et vous avez vu un peu mes photos ?? J’ai un nouvel appareil photo dont je suis folle amoureuse hihi amour- 

Allez, par ici la recette . Il vous faudra environ 45min-1h de préparation ( +les temps de pause)

Pour environ 25 bouchées

  • 30g de gavottes (natures)
  • 210g de praliné ou de pâte à tartiner chocolat-noisettes de qualité (avec un grand pourcentage de noisettes (ou amandes) grillées (maison ou bio), pas trop liquide)
  • 75g de chocolat de qualité (moitié noir moitié lait pour moi, mais vous pouvez faire ce que vous voulez)
  • Une trentaine de belles noisettes grillées (déjà grillées de la biocoop ou 20 minutes à 150°C)
  • Des amandes concassées en tout petits morceaux ou des amandes effilées grillées au four (on va dire 100g)
  • 150g de chocolat pour enrober (j’ai choisi du noir mais vous pouvez faire au lait)
  • Pour décorer : des paillettes de sucre doré, du pralin…
  • Faites fondre votre chocolat au micro-ondes, 2 X 30 secondes, en remuant entre les deux, puis mélangez pour faire fondre les morceaux restants de chocolat grâce à la chaleur des autres (si besoin, remettez 30 secondes de plus)
  • Lorsque le chocolat est entièrement fondu, ajoutez-y le praliné (ou pâte à tartiner) puis les gavottes écrasées en tout petit.
  • Versez dans un (petit) plat recouvert de papier cuisson, puis mettez au frigo jusqu’à ce que le mélange prenne (environ 1h)
  • Pendant ce temps, faites griller au four vos amandes effilées ou concassées (environ 20 minutes à 150°C en remuant de temps en temps) +/- vos noisettes. Concassez vos amandes en petits morceaux avec un bon couteau.

Amandes grillées

  • Testez la texture du mélange praliné : il faut que ce soit solide mais que ça se déforme si vous essayez d’enfoncer le doigt. Si c’est beaucoup trop dur, refaites fondre et ajoutez du praliné (on va dire 30g). Si au contraire c’est trop liquide (que ça ne tiendra jamais pour faire des boules), ajoutez du chocolat Mais il y a tout un éventail de textures qui conviendront : juste un peu trop dur, tout ira bien après avoir laissé le mélange un peu à température ambiante puis réchauffé entre nos doigts pour former les boules .
  • Disposez vos amandes effilées concassées sur un papier cuisson ou dans un plat. Préparez un plat assez grand mais pouvant entrer dans votre frigo pour disposer vos rochers
  • Prenez des petits tas de pâte (pas trop gros, ça doit être une bouchée d’à peu près la taille d’un ferrero, noisette et coque en chocolat comprises) et écrasez-les entre vos doigts. Placez au centre une noisette grillée et refermez la pâte autour avant de rouler entre vos paumes pour former une jolie boule.
  • Roulez la dans les amandes effilées puis disposez la délicatement sur votre plat recouvert de papier cuisson. Recommencez jusqu’à épuisement de la pâte

Rôcher 1

  • Mettez votre plat au frigo pour une quinzaine de minutes, afin que les boules se re-solidifient un petit peu.
  • Pendant ce temps, coupez votre chocolat de couverture en morceaux et faites le fondre dans un bol au micro-ondes comme vu précédemment.
  • Reprenez vos rochers, et à l’aide de 2 fourchettes, faites les tremper dans le chocolat (en essayant de recouvrir toute la surface et d’égoutter un peu le surplus à la fin) puis re-disposez les dans le plat sans qu’ils ne se touchent. Avant que la coque ne se solidifie, versez dessus un reste d’amande effilées, ou de pralin, ou de pépites… (je faisais 10 rochers, je décorais, puis je refaisais mes rochers…)

Rochers 3

  • Entreposez au frais une petite heure…Et c’est prêt :D A garder au frais pour que les coques ne fondent pas, je pense que ça peut se conserver 4-5 jours (et au-delà le chocolat risque juste d’être un peu patiné mais ça sera toujours très bon). Vous pouvez les sortir 20 minutes avant dégustation

Rochers chocolat praliné

Et voici les autres participants à cette battle, qu’il me tarde de découvrir leurs réalisations !

cuisine moi un mouton ; radis rose ; cuisine voozenoo ; bistro de Jenna ; mais pourquoi est ce que je vous raconte ça ; Safran Gourmand ; Framboises et bergamote ; Encore une lichette ; Gourmandises à Partager ; Les carnets de Sophie ; novice en cuisine ; aime-mange ; les gouts et les couleurs de Laurence ; au menu du jour ; fourchette a gauche ; tinou cuisine ; cook’n’blog ; la ligne gourmande ; cuisine 2 soeurs ; cgourmandise ; gourmand et bio ; cooking-bon appetit ; my little patisserie ; cayou cuisine ; trognon de pomme ; cucina libera ; les recettes de flo ; l’atelier de steph et lolie ; claire alice delice ; keskonmangemaman ; petite cuilliere et charentaise ; vg-tables ; quelques grammes de gourmandise ; gourmet et gourmand ; laety cuisine ; virginie moreau ;cookalifebymaeva ; potins en cuisine ; rose philange ; lealice delice ; gourmandise julie ; food and cook ; nowinparis ; turbigo gourmandises ; des recettes a gogo ; unflodebonneschoses ; nathalielielie ; popoteetnature ; latunisienne ; lacuisinedannaetolivia ; auxdelicesdevany ; epicesetmoi ; charlotte.ferrero (non blogueuse) ; lakiwizine ; agoodcookingday ; chocolatsvanille ; emisscooking ; lesgoourmandisesdesandrine ; yellowmustard5 ; serial-baker ; toutsimplementfaitmaisonleblog ; cuisinedamour ; un zest de soleil ; gourmandisepersonnelle ; lakitchenette ; lamedecinepasseparlacuisine ; rappelletoidesmets ; floencuisine ; pommedereinette ; bowl-and-spoon ; byacb4youlemonandsardine ; paruline-en-cuisine ; douceursmaison ; clickcookandtaste ; etcharlottedecouvritlacuisine ; melina-et-chocolat ; milkyetsapatisserie ; ladoubifabrik ; parfaimdaromes ; notesacroquer ; danslacuisinedemisstinguette ; marineiscooking ; theflyingflour ; Faismoicroquer ; aprendresansfaim ; le-miam-de-ninou ; lescookines ; lacantinedescousins ; latassefumante ; chapeauetmelon ; alatabledaida ;