Glace à la pistache

Ça fait un sacré bail que je n’ai pas publié, entre la thèse, les voyages…Mais personne n’a semblé trop inquiet 😉. Nous revenons donc de Florence, et après m’être remplie la panse de pizza, pâtes et glaces, j’ai voulu en faire profiter mes amis en leur concoctant un repas italien. J’ai hésité entre plusieurs desserts et finalement je me suis dit : quoi de mieux que des glaces? Surtout que je me suis équipée pour faire des glaces crémeuses, et que mes essais au praliné et au caramel nous ont trop plu ! Alors c’était décidé, j’allais faire une glace à la pistache .

Mais pas n’importe quelle pistache, non non. Pas celle au goût d’amande amère, beurk ! Il faut de la vraie pâte 100% pistache et rien d’autre.

Pour la glace, j’ai été traumatisée par mes glaces maison pleines de cristaux, qu’on devait presque laisser entièrement fondre avant de pouvoir les manipuler…Alors je suis passée aux « additifs » , rien de méchant hein, juste différentes sortes de sucres qui n’ont pas le même pouvoir de cristallisation que le sucre blanc. Glucose atomisé, sorbitol…

Ca avait marché incroyablement bien pour le praliné, cependant là j’avoue que ma glace à la sortie du congel n’était pas crémeuse. Mais il a suffit de 5 minutes de repos pour pouvoir former les boules. Et franchement, rien à voir avec le bloc de glace que j’avais avant 😉 . Si par contre vous souhaitez déguster la glace à la pistache de suite à la sortie de la sorbetière, pas besoin ces additifs

Et niveau goût alors ? Mmmh, miam, slurp amour- . Vous comprenez ce que je veux dire ? La vraie pistache a une saveur si douce, indescriptible… Testez cette glace à la pistache puis vous m’en direz des nouvelles ;)

 

Pour 1kg de glace à la pistache

  • 520 g de lait entier
  • 150 g de crème liquide entière
  • 50 g de lait écrémé en poudre (type Régilait)
  • 125 g de sucre blanc
  • 35 g de glucose atomisé (dans les magasins de cuisine)
  • 4 g de Stab 2000 (idem)
  • 80 g de jaunes d’oeuf
  • 50 g de pâte de pistache de super qualité !

  • Préparez vos ingrédients : dans un bol, mélangez les sucres (sucre blanc, glucose atomisé) et le stabilisateur. Puis dans un autre, disposez les jaunes d’oeuf.
  • Et enfin, dans un dernier bol, la pâte de pistache
  • Mettez ensuite à chauffer dans la casserole le lait, la crème liquide et la poudre de lait
  • Lorsque le mélange atteint 40°C, intégrez (tout en fouettant!) les jaunes d’oeuf, puis les ingrédients secs et enfin la pâte de pistache
  • Continuez à fouetter jusqu’à ce que le mélange atteigne 84°C (température de pasteurisation) , puis stoppez la cuisson
  • Faites refroidir rapidement : versez la préparation dans un bol, puis filmez au contact. Ensuite, disposez le bol dans votre évier en partie rempli d’eau glacée. (sans que l’eau déborde dans le bol, vous avez compris)
  • Quand la préparation est froide, entreposez-la préparation au réfrigérateur, pour environ 12 à 24h
  • Pensez pendant ce temps à placer votre sorbetière au congélateur !
  • Le lendemain, passez à la sorbetière une trentaine de minutes. Dégustez de suite votre glace à la pistache ou conservez au congélateur
  • Si besoin, sortez votre glace quelques minutes avant de la servir, afin de pouvoir former de jolies boules :)



Crumb bars aux pommes IG bas

Je vous ai dit il y a pas longtemps que j’avais récupéré chez mon papa une pleine poche de pommes. J’en ai fait un gâteau invisible aux pommes mais malgré ça il m’en restait toujours . Rolala, malédiction, j’allais donc devoir faire un autre dessert aux pommes ;)

Après avoir longuement cherché, j’ai eu envie de refaire des crumb bars. J’ai déjà tenté mais je ne suis pas sûre d’avoir déjà publié ici. J’avais trouvé ça trop bon mais pas très facile à manger. Alors c’était l’occasion de le refaire en mieux. Voici comment sont nées mes crumb bars aux pommes, IG bas siouplait !

Pour la base et le crumble du dessus, je me suis inspirée de la recette de la pâte sablée trouvée chez Voyage Gourmand. Délicieuse, cependant il ne faut pas confondre IG bas et light, vu la quantité d’huile :D

Crumb bars aux pommes - Rappelle toi des mets

Crumb bars aux pommes pour 6 à 8 personnes (moule 18 cm de diamètre)

Pour la pâte

  • 190 g de farine d'orge mondé
  • 60 g de poudre d'amandes
  • 12 cl d'huile spéciale cuisson
  • 1 petit œuf
  • 1 pincée de sel
  • 45 g de sucre complet
  • 45 g de fructose

Pour la compote

  • 6 pommes type Chanteclerc
  • 100 g de compote de pomme sans sucre ajouté

  • Tout d’abord préparez votre compote de pommes . Pelez et épépinez toutes vos pommes puis coupez les en morceaux
  • Versez alors les morceaux obtenus dans une casserole anti-adhérente (je n’ai rajouté ni eau ni matière grasse). Laissez ensuite mijoter à couvert jusqu’à obtenir des morceaux fondants. Lorsque c’est bon, coupez le feu et laissez refroidir.
  • Préchauffez votre four à 180°C
  • Dans un saladier, mélangez d’abord la farine d’orge mondé, la poudre d’amandes, les sucres et le sel
  • Puis dans un autre saladier, mélangez ensemble l’œuf et l’huile, et versez sur le mélange sec. Utilisez un petit gant de cuisine pour pétrir jusqu’à former une pâte sableuse homogène
  • Tassez alors les 2/3 de la pâte dans un moule chemisé de papier cuisson ou dans un moule amovible graissé (comme moi) . Vous pouvez vous aider du dessous d’un verre
  • Ensuite, versez la compote de pommes sur la base sablée
  • Pour finir, parsemez le reste de pâte sur la compote, en l’émiettant pour former un crumble.
  • Enfournez alors pour une vingtaine de minutes, jusqu’à avoir un crumble bien doré
  • Laissez tiédir puis dégustez vos crumb bars aux pommes :)



Galettes orge boulgour légumes rôtis et chèvre IG bas

Comme je vous l’ai déjà dit dans l’article sur les galettes de boulgour et sarrasin, mon chéri est un ouf qui ne tremble même pas à l’idée de manger un repas sans viande. Contrairement à certains de ses congénères mâles qui me font bien rire ;) . Du coup il affectionne les galettes de céréales et je continue dans ma lancée « hum hum, t’as vu le prix, non merci, on va donc les faire maison » . Alors je me lance avec ces galettes orge boulgour légumes rôtis et chèvre :)

L’idée de garniture m’est venue de façon totalement incongrue . En fait, nous avons découvert une appli « anti gaspillage » qui propose d’acheter les invendus du jour à prix cassé. Vous réservez votre panier sur l’appli, par contre sans savoir ce que vous aurez. C’est ainsi que nous nous sommes retrouvés avec 4 sandwichs d’un coup, pour la plupart très conséquents et originaux.

Je ne suis pas fan de tapenade, pourtant l’un d’entre eux m’a totalement séduite avec sa garniture tapenade légumes rôtis et chèvre :) . Alors ni une ni deux, hop j’ai eu l’idée de ces bonnes galettes !

Galettes orge boulgour légumes et chèvre - Rappelle toi des mets

Pour 3 grosses galettes orge boulgour légumes rôtis et chèvre

  • 50 G de boulgour fin
  • 50 g d'orge mondé
  • 1 œuf
  • 1 bonne cuillère à café de tapenade
  • 80 g de légumes rôtis (mélange d'aubergines et poivrons rôtis + tomates confites)
  • 40 g de bûche de chèvre
  • Sel (poivre)
  • 1 CS de farine T110
  • 1 cc d'herbes de provence

  • Tout d’abord, commencez par faire tremper l’orge dans de l’eau toute une nuit
  • Le lendemain, égouttez et rincez le, puis faites le cuire dans une grande casserole d’eau salée
  • Laissez cuire 20 minutes après reprise de l’ébullition puis ajoutez le boulgour. Laissez cuire encore 10 minutes, il faut que l’orge soit tendre ou presque
  • Egouttez et laissez refroidir les céréales
  • Ensuite, coupez vos légumes rôtis en menus morceaux,avant de faire de même pour le chèvre
  • Versez vos céréales dans un saladier, et ajoutez y l’oeuf, puis la tapenade
  • Ajoutez y la farine tamisée, le sel, du poivre si vous le souhaitez, les herbes, puis mélangez à nouveau
  • Pour finir, ajoutez les morceaux de légumes rôtis et de chèvre
  • Mélangez une dernière fois pour bien incorporer, et faites chauffer une poêle avec un peu d’huile
  • Faites cuire vos galettes dans un emporte pièce graissé, en tassant bien la garniture pour qu’elles se tiennent.
  • Retournez les au bout de 3 minutes environ afin de faire dorer l’autre face
  • Enfin, servez vos galettes chaudes ou tièdes, accompagnées d’une bonne salade :)



Lapins en chocolat, Défi gourmand N°3 Cuisineaddict

Voici le troisième et dernier Défi Gourmand de Cuisineaddict ! Après avoir fait mes petits fondants au chocolat puis des macarons à la pistache, voilà que j’étais chargée de faire des lapins en chocolat avec mes moules Chocolat Lapin (x6) Mastrad :) .

J’avais quelques appréhensions je vous l’avoue, étant donné que j’avais eu un peu de mal avec leurs moules cœur. Mais ça s’est beaucoup mieux passé avec ces moules ! Déjà le coffret est mieux conçu, il y a deux moules de chaque taille, donc on peut avoir directement 2 coques à assembler.

Puis le chocolat s’est mieux démoulé, malgré quelques pertes d’oreilles, mais j’ai collé ça avec du chocolat ;)

Au final, un effet trop mignon pour Pâques ! J’ai amené ça dans ma belle famille et ça a fait un effet bœuf, la mamie de chéri était ravie. « Oh, mais comment vous faites ça ? c’est si brillant ?! » .

J’ai  déjà fait un article sur le matériel pour tempérer du chocolat et un sur la marche à suivre, donc je vais passer rapidement sur ces détails

Vous aurez certainement des restes de chocolat mais il faut prévoir large car il y a beaucoup de pertes quand vous faites couler l’excédent des moules. Faites tout ça au dessus d’un film alimentaire et récupérez les chutes, vous pourrez réutiliser dans un gâteau sans soucis :)

Il vous faut pour vos lapins en chocolat

 

  • Faites d’abord fondre votre chocolat au bain marie
  • Lorsqu’il est fondu, faites redescendre la température à 35 degrés en plongeant le saladier dans un évier rempli d’un fond d’eau froide. Attention, pas une goutte d’eau ne doit rentrer en contact avec le chocolat ! Remuez de temps en temps, pour que la température soit homogène
  • Une fois le chocolat à 35°C, ajoutez le beurre de cacao puis mélangez
  • Laissez refroidir à 31-32°C, puis badigeonnez l’intérieur de vos moules d’une première couche de chocolat,
  • Laissez refroidir et recommencez deux fois jusqu’à obtenir une couche épaisse
  • Si vous voulez faire plusieurs coques, il faut maintenir le chocolat à 32°C . Moi j’ai investi dans une tempéreuse, (fabuleux si vous en avez une!) . Sinon, remettez parfois le saladier au bain marie, mais c’est risqué.
  • Laissez entièrement refroidir avant de démouler. Puis répétez l’opération jusqu’à obtention du nombre de coques souhaitées
  • Si vous le souhaitez, vous pouvez coller deux coques ensemble pour former un lapin en chocolat en 3D. Il vous suffit de chauffer une poêle, d’y déposer une coque pour faire fondre le rebord et de la coller à la deuxième coque en les maintenant le temps qu’elles se soudent.



Gâteau invisible aux pommes IG bas

Nous sommes allés rendre visite à mon papa un week end, et nous sommes repartis avec une poche remplie de pommes. Mais Chéri en avait achetées peu de temps avant, il fallait trouver un autre moyen de les manger. Oh zut alors, j’allais devoir faire un gâteau… ;) . J’ai fouillé dans mes livres, et j’ai fini par me décider pour le gâteau invisible aux pommes.

J’avais déjà fait un gâteau invisible aux pommes il y a quelques années, et il ne m’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais je cherchais un gâteau léger, et ce gâteau a l’avantage d’avoir peu de pâte, et pour les quelques grammes de farine et de sucre, il est super facile à rendre IG bas !

Au final, ce n’est toujours pas mon gâteau préféré, j’ai un peu de mal avec son côté « humide », mais… Ca ne m’a pas empêchée de le manger mine de rien, petites tranches par petites tranches ;) Il est light et super frais si vous le stokez comme moi au frigo, et j’ai trouvé ça très appréciable.

Je me suis inspirée de la recette des gourmandises de Mamoune pour la transformation IG bas . Mais si vous ne faites pas attention, c’est très facile de remplacer les ingrédients par ce que vous avez dans votre placard :)

Gâteau invisible aux pommes IG bas - Rappelle toi des mets

Gâteau invisible aux pommes IG bas

  • 3 belles pommes goûteuses
  • 1 œuf
  • 50 ml de lait
  • 35 g de farine d'orge mondé
  • 20 g de fructose
  • 10 g de beurre fondu
  • 1 cc de vanille en poudre
  • 1 cc de levure chimique
  • 1 CS de rhum
  • 1 pincée de sel

  • Tout d’abord, faites fondre le beurre au micro ondes puis laissez le refroidir
  • Fouettez ensuite le sucre et l’oeuf jusqu’à ce que le mélange blanchisse et augmente de volume
  • Ajoutez alors le beurre tiédi , le lait et le rhum
  • Pour finir, ajoutez la farine et la levure tamisées ainsi que le sel et la vanille, et mélangez une dernière fois
  • Préchauffez le four à 200°C
  • Ensuite, préparez vos pommes. Pelez les et épépinez les (avec un vide pommes c’est vraiment top!), puis faites des tranches très fines avec une mandoline ou un très bon couteau. (Ce qui est mon cas car j’ai déjà peur des couteaux alors je vous explique même pas les mandolines ^^)
  • Au fur et à mesure, incorporez vos tranches de pommes dans la pâte à gâteau pour ne pas qu’elles s’oxydent
  • Versez le tout dans un moule de 20 cm graissé, et enfournez pour 30-35 minutes, jusqu’à ce que la surface soit bien caramélisée et que la pointe d’un couteau ressorte sèche.
  • Laissez tiédir puis entreposez au réfrigérateur, et dégustez votre gâteau invisible aux pommes bien froid. Enfin c’est comme ça que moi je le préfère, mais à vous de voir :)



Comment tempérer du chocolat et faire des chocolats maison

Tout d’abord, je précise que je fais cet article très humblement, je ne suis ABSOLUMENT pas une professionnelle. Je n’ai tempéré du chocolat que deux fois dans ma vie pour l’instant. Bon, en fait, quatre depuis le temps que mon article dort dans mes brouillons ;) . Mais justement, je trouve ça intéressant d’avoir un article de « ménagère » pour voir que tempérer du chocolat, c’est à la portée de tous.

Bien sûr qu’il est possible de faire des chocolats maison terriblement bons sans avoir besoin de les tempérer. Mais le tempérage rend le chocolat super brillant, bien cassant, et sans cela vous risquez d’avoir du mal à démouler vos chocolats.

Je vous ai déjà fait un article sur tout ce qui est nécessaire à mon sens pour travailler le chocolat dans de bonnes conditions.

Maintenant, je vais vous dire ce que j’ai retenu/appris sur les moyens de tempérer du chocolat. Il y a plusieurs méthodes, j’en ai personnellement vues deux.

Tout d’abord celle de la courbe de température, qui varie selon les chocolats (blancs, au lait ou noirs). Mais par exemple, faire fondre le chocolat à 50°C, le redescendre à 28 et le remonter vers 32°C.

Un peu fastidieux (d’où l’intérêt d’un thermomètre infrarouge), mais en cherchant des recettes sur internet, je suis tombée sur une méthode utilisant du beurre de cacao mycryo. Il permettrait d’obtenir les réactions chimiques nécessaires plus facilement, et d’avoir un chocolat plus stable.

Il suffit de faire fondre le chocolat, de le faire redescendre à 35°C, d’y verser 1% du poids du chocolat en beurre de cacao (donc 10g pour 1kg de chocolat) , puis d’attendre qu’il soit à 32°C pour l’utiliser.

La difficulté est de maintenir le chocolat à 32°C, pour moi impossible sans tempéreuse. Dans les critiques de celle que j’ai achetée, deux choses revenaient. Premièrement, le fait que si on la règle sur 32°C, c’est 32°C avec le couvercle, mais si on enlève le couvercle, alors il faut mettre des degrés de plus ou moins…Compliqué hein ? ;) Eh bien rassurez vous, je l’ai réglée sur 32°C et mon chocolat est resté à 32°C plusieurs heures, malgré les plongeons des chocolats, les cuillères que j’y trempais, etc etc.

Bon, ensuite, on ne va pas se mentir, ça prend beaucoup de temps de tempérer du chocolat (enfin, par extension, de faire des chocolats maison).

Bien sûr, tout dépend des quantités de chocolats maison que vous voulez faire, moi j’ai mis de suite la barre très haute à Noël avec 300 chocolats ;) . C’est aussi une histoire d’entraînement, la deuxième fois pour Pâques j’avais pris de l’assurance.

Ca met aussi plein de bazar, alors il faut penser à tout protéger, le plan de travail mais surtout la tempéreuse !!

Ah oui, au fait, je tiens à préciser : vos chocolats enrobés ne pourront pas être brillants. J’ai remarqué qu’avec le même chocolat tempéré, mes chocolats moulés étaient hyper brillants et ceux enrobés étaient mats. Par contre, le dessous de mes chocolats enrobés, au contact d’une feuille guitare, brillait. J’ai demandé confirmation à un pâtissier, vous ne pouvez pas avoir un chocolat brillant s’il n’est pas en contact avec une feuille guitare ou un moule, mais je ne me souviens plus pourquoi. Alors pourquoi tempérer le chocolat si on veut enrober ? Parce qu’il sera quand même bien craquant, la brillance n’est pas le seul avantage du tempérage du chocolat.

Allez, maintenant on en vient au fait : comment tempérer du chocolat . Et par extension, comment faire des moulages de chocolat bonbon :)

Tout d’abord, quelques remarques

  • Une seule goutte d’eau pourrait gâcher votre chocolat tout entier, donc séchez bien votre matériel
  • Ne lavez surtout pas vos moules avec le côté grattoir de l’éponge, c’est très fragile !
  • Avant de contrôler les températures du chocolat, mélangez bien, sinon vous aurez la température en surface

La préparation

  • Premièrement, éteignez le chauffage : il faut maintenir la température de votre pièce à 17°C environ
  • Recouvrez votre plan de travail et votre tempéreuse de film alimentaire. Vous serez trop contents au moment du nettoyage, promis ;)
  • Préparez votre matériel (pour les liens allez voir l’article précédent) : tempéreuse, raclette à chocolat, moules nettoyés puis bien séchés, saladier allant au bain marie, louche.
  • Pour le côté ingrédients : environ 1 kg de chocolat de couverture pour 90 chocolats moulés ; je prends du Barry ou du Callebaut. Du beurre mycryo, et quant aux ingrédients nécessaires pour les ganaches, des recettes sont à venir :)

Le tempérage en soi

  • Faites fondre 1 kg de chocolat noir de couverture au bain marie. Il en restera à la fin mais c’est très désagréable d’avoir trop peu de chocolat et de devoir racler la tempéreuse, ou de tempérer à nouveau du chocolat en plein milieu de vos réalisations.
  • Laissez refroidir le chocolat à 35°C, à vérifier avec votre thermomètre infrarouge. Pour accélérer le refroidissement, vous pouvez plonger votre saladier dans un fond d’eau. Attention, je le répète, pas une seule goutte d’eau ne doit rentrer dans le saladier. De plus, il faut être très vigilant à remuer le chocolat, pour que la partie en contact avec les parois du saladier ne cristallise pas avec le froid de l’eau.
  • Une fois votre chocolat à 35°C, rajoutez 10g (1% du poids de chocolat fondu) de beurre mycro , et mélangez bien
  • Laissez redescendre le chocolat à 32°C, puis versez votre chocolat dans la tempéreuse réglée sur 32 °C

Le moulage

  • Prenez votre moule polycarbonate bien nettoyé , et versez du chocolat généreusement dessus à l’aide de la louche, pour garnir totalement chaque empreinte
  • Retournez le moule au dessus de votre tempéreuse pour laisser s’écouler l’excédent de chocolat . Tapez le côté de votre moule en même temps avec la raclette pour aider à faire couler l’excédent. Oui vous risquez d’en mettre un peu sur vos doigts et un peu à côté mais pas tant que ça avec l’habitude. Il faut que le moule ne soit ni totalement horizontal ni vertical, on va dire qu’il y ait un angle de 45°C avec la tempéreuse ;)
  • Lorsque vous avez l’impression que la plus grande partie du chocolat en excès a coulé, posez votre moule face contre le plan de travail, pour laisser s’égoutter encore un peu
  • Ensuite, assez rapidement (1 minute), retournez le moule face vers vous et passez un coup de raclette sur la surface pour enlever le surplus de chocolat (ce qui dépasse des empreintes)

Comment tempérer du chocolat - Rappelle toi des mets

Comment tempérer du chocolat - Rappelle toi des mets

  • Laissez sécher le chocolat quelques minutes, jusqu’à ce qu’il soit mat et sec au toucher
  • Garnissez chaque empreinte avec la ganache de votre choix. Si besoin, pour « tasser » votre garniture, déposez un film alimentaire sur vos empreintes et tassez du bout des doigts. Attention à ne pas trop remplir non plus, il faut encore de la place pour obturer vos chocolats avec … du chocolat xD

Comment tempérer du chocolat - Rappelle toi des mets

  • Obturez vos chocolats : déposez une grosse louche de chocolat à l’une des extrémités du moule, puis avec la raclette répartissez ce chocolat sur toutes les empreintes. Essayez de bien racler (dans un sens, puis dans l’autre), de façon à ce que la couche soit assez épaisse, hermétique, et que ça ne déborde pas tout autour de chaque empreinte (les chocolats ne se démouleraient pas)

Démoulage

  • Laissez prendre vos chocolats, puis vérifiez qu’il n’y a pas trop de chocolat dépassant des empreintes. Si besoin, grattez avec la pointe d’un couteau , pour que les chocolats puissent se démouler plus facilement
  • Retournez votre moule au dessus d’une surface propre. Ensuite, tordez délicatement le moule entre vos doigts, et vous allez voir, si vos chocolats ont été bien tempérés, ils vont tomber tout seuls ! Sinon, tapez d’un coup sec sur votre plan de travail
  • Et voilà, vous avez normalement à ce stade des chocolats magnifiques, brillants, croquants, cassants… :)
  • Je ne nettoie pas mes moules entre deux fournées. Donc s’il vous reste du chocolat dans la tempéreuse et de la garniture, recommencez les étapes.
  • Entreposez vos chocolats à l’abri, dans une température modérée (ni au frigo ni dans une pièce trop chaude), en essayant de ne pas les coller pour ne pas qu’ils s’abiment en frottant les uns sur les autres.



Faire ses chocolats maison : le matériel

Aujourd’hui je vous explique comment faire des chocolats maison, tempérés siouplait ! :) Cet article va être un petit peu long parce qu’il faut bien planter le contexte, et vous dire ce qui semble important à mon sens. A la base je les ai faits pour Noël, mais ça servira pour Pâques ;)

Comment j’en suis arrivée là ? Il y a quelques temps, en me promenant sur le site d’un magasin de cuisine à Toulouse, j’ai aperçu leurs cours sur les chocolats maison. Ça m’a donné super envie, je me suis inscrite et nous avons fait nos chocolats comme des pros :)

Même si j’ai moyennement aimé les garnitures choisies (caramel, pistache aromatisée amande amère, tonka), j’ai aimé l’expérience et j’ai soudain eu envie d’en faire pour Noël. Chéri a une grande famille et je me suis dit que ce serait un bon moyen d’offrir quelque chose à tout le monde :)

J’ai donc acheté tout le matériel et ça m’a coûté une petite fortune :/ . Je ne voulais pas devoir me prendre la tête, en plus du temps que ça prendrait même si tout marchait comme sur des roulettes. J’ai donc acheté une tempéreuse pour que mon chocolat reste à bonne température pendant plusieurs heures, le temps de faire mes différentes fournées. Un thermomètre laser. Des feuilles guitare, une raclette pour le chocolat. Des moules en polycarbonate, une fourchette à chocolat, du très bon chocolat. De la super pâte de pistache, des oranges confites, du sorbitol, du sucre inverti. Tout tout tout, vous dis-je.

Pendant un temps (quand j’ai vu qu’on arrivait à plus de 300 euros…) j’ai regretté. Certes c’était chouette de faire des chocolats maison, mais ça allait me prendre tellement de temps et de budget que je ne pourrais pas faire d’autres choses pour Noël. Et tout le monde est si simple autour de moi qu’ils s’en fichent que mes chocolats soient tempérés ! D’ailleurs, si j’y arrivais…

Mais finalement, tout s’est bien passé ! Ok, ma cuisine était digne de C’est du propre, j’ai passé 9h en cuisine… Mais c’est parce que j’ai fait plus de 300 chocolats maison ! Des chocolats qui étaient brillants, qui se sont démoulés parfaitement… Un petit côté jouissif de se savoir capable de faire ça :) . Et je suis ravie des garnitures choisies, je les ai trouvés trop bons et tous les testeurs aussi.

En plus, c’était la première fois, je pense que les prochaines se feront beaucoup plus rapidement :) . De plus, niveau budget, une fois qu’on enlève les achats qui sont des investissements (moules, tempéreuse, thermomètre…) cela ne revient pas si cher pour 300 chocolats ! Alors finalement, je suis conquise amour-

Dans cet article point de recettes, je vais juste vous lister tout ce qui est nécessaire à mon sens, où le trouver, et mes petits conseils.

Puis je vous ferai un article sur le tempérage (à mon humble niveau), et enfin, les recettes !

Alors pour faire des chocolats maison (tempérés), il faut

Niveau matériel

  • Une tempéreuse : pour moi essentielle si on veut rester zen pendant les heures où le chocolat doit rester à 32°C, sans avoir à le repasser mille fois au bain marie ! Environ 80 euros
  • Une spatule à chocolat pour racler l’excédent de chocolat pour les moules . J’ai pris celle là à 20 euros . Mais je sais pas si dans un magasin de bricolage on ne pourrait pas en trouver pour beaucoup moins cher.
  • Un thermomètre infrarouge . Tellement plus pratique que les thermomètres à sonde, vous avez juste à flasher le chocolat et vous avez de suite la température. 50 euros sur les sites de cuisine, je l’ai acheté 14 euros sur amazon (d’où mon doute sur la spatule)
  • Des moules en polycarbonate. J’ai ces deux là, je les trouve à la bonne taille pour avoir de petits chocolats pas écoeurants : des demi-sphères et des rosaces. Une vingtaine d’euros chacun
  • Une fourchette pour tremper le chocolat , j’ai pris celle ci et je la trouve très bien
  • Des feuilles guitare pour déposer vos chocolats tout juste enrobés
  • Du film étirable pour recouvrir votre plan de travail, votre tempéreuse…Croyez moi vous me remercierez ;)

Niveau ingrédients

  • Le chocolat : il faut absolument du chocolat de couverture de bonne qualité. Tout le monde adoooore Valrhona , moi je ne sens absolument pas de différence justifiant cet écart de prix. Je prends du chocolat Barry, je le trouve top, et j’ai aussi découvert le chocolat Callebaut (le groupe de Barry). Il est encore moins cher, leur site est bien fait, j’ai utilisé le Callebaut 811 pour mes moulages et j’ai été ravie. Par contre, il se trouve très peu en boutique, il faut commander sur internet et encore j’ai l’impression qu’on ne trouve pas tout :( Egalement, vérifiez l’usage possible avec le chocolat acheté. Certains sont plutôt pour les ganaches, d’autres pour les enrobages, d’autres pour les moulages. Le 811 a plein de casquettes et n’est vraiment pas cher !
  • Du beurre de cacao mycryo Barry
  • De la crème liquide à 35% de matière grasse. Se trouve facilement, j’en ai acheté à carrefour (marque Elle & Vire)
  • Et après, de quoi faire vos recettes. Mais ça, ça va venir  :wink: Il va sans dire que plus les ingrédients seront de qualité, meilleurs seront les résultats. Mais à vous de voir le budget que vous pouvez mettre !



Galettes de boulgour sarrasin et butternut

Il y a des périodes où je n’ai absolument pas d’inspiration et où je fais toujours les mêmes repas. Les mêmes salades (pois chiches poulet concombre…), les mêmes repas-doudou de quand je suis à la maison (du potimarron et des wasa recouvertes d’avocat et de jambon) … Vraiment vous seriez déçus des repas de la semaine de quand je travaille ;). Puis il y a des fois (quand je ne travaille pas) où j’ai plein d’idées ! Ce fut le cas la semaine dernière et j’ai enfin attrapé mes céréales un peu oubliées, et mon reste de butternut, pour en faire des galettes de boulgour et butternut.

En effet, chéri est très ouvert et achète de lui même des steaks bio ou végé, parfois. Mais quand on regarde le prix au kilo, ouch ! Il y a des produits où on ne peut pas faire bien mieux. Les purées d’oléagineux par exemple, quand on voit de toute façon le prix des oléagineux au kilo, on comprend. Mais là, quand on regarde le prix au kilo du boulgour et de la butternut, laissez moi rire.

Donc j’ai fait un peu au pifomètre et j’ai trouvé ça super bon et avec une bonne tenue :). On peut imaginer mille variantes, j’en ai d’ailleurs déjà une sous le coude que je vous posterai bientôt .

Déjà vous pouvez commencer par ne pas utiliser les mêmes épices que moi ;)

Pour 4 galettes de boulgour kasha et butternut

  • 45 g de boulgour
  • 45 g de kasha (sarrasin grillé)
  • 1 œuf
  • 30 g de gruyère râpé
  • 60 g de purée de butternut (des restes de butternut cuite au micro ondes pour moi)
  • 1 petite cuillère à soupe de farine T110 ou d'orge mondé
  • 1 cuillère à café d'ail déshydraté et 1 cuillère à café d'herbes de provence
  • Sel (poivre)

  • Dans une casserole, portez à ébullition le double du volume d’eau par rapport au volume total boulgour + kasha. (si vous ne voulez pas vous embêter, faites bouillir une grande quantité d’eau, au pire vous égoutterez)
  • Lorsque l’eau bout, ajoutez du sel puis les céréales
  • Laissez bouillir environ 15 minutes, ou jusqu’à ce que les céréales soient tendres
  • Égouttez puis versez dans un saladier
  • Dans un bol, mélangez ensemble la chair de butternut et l’oeuf battu
  • Ajoutez la mixture aux céréales puis mélangez
  • Ajoutez ensuite la farine tamisée, les épices et le sel ou poivre à votre convenance
  • Pour finir, ajoutez le gruyère râpé…Et mélangez à nouveau
  • Faites chauffer une poêle huilée sur feu moyen
  • Si vous voulez des galettes parfaitement rondes, disposez la garniture dans des emporte- pièces ronds huilés.
  • Avec la pâte, vous pouvez faire normalement 4 galettes d’environ 1.5 cm d’épaisseur et 7 cm de diamètre. N’oubliez pas de bien tasser pour que les galettes se tiennent
  • Faites cuire chacune de vos galettes de boulgour environ 3 minutes par face, jusqu’à avoir des galettes joliment dorées
  • Servez chaud, et enfin régalez vous !